Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Mieux occuper l’espace martiniquais

Mieux occuper l’espace martiniquais

Le foncier est rare (et cher) en Martinique, mais il reste des terrains constructibles disponibles.

Une étude commandée par le groupement des professionnels de la construction de l’île, le COBATY, et rendue publique en avril, a recensé 2 543 parcelles vides dans les centres des 34 communes martiniquaises. Elles représentent une surface potentiellement disponible de 144 hectares. En ajoutant l’ensemble des zones à urbaniser, on atteint un total de 3 146 hectares, « ce qui devrait suffire à couvrir les besoins identifiés » estime l’étude.

Conclusion : pas besoin de déclasser des terres agricoles ou naturelles comme on le fait chaque année, il faut d’abord occuper le foncier existant.

Certes, ces parcelles sont parfois difficiles à exploiter, en raison de l’indivision de leur propriété, de la qualité des sols ou de la petitesse de leur surface, mais les experts de la construction plaident pour leur exploitation prioritaire. Cela permettrait de dynamiser les bourgs et de réduire les coûts liés à l’aménagement de nouvelles zones (routes, branchements électriques, d’eau potable etc).

Des intérêts qui rejoignent ceux des défenseurs de l’environnement et des agriculteurs qui regrettent que chaque année 1 000 hectares de terres agricoles sont déclassés pour devenir des zones de constructions.

Promoteurs, agriculteurs et écolos sont d’accord : il faut rationaliser l’aménagement du territoire de l’île et éviter que l’habitat continue de se disperser. C’est l’une des conditions pour la sauvegarde de la biodiversité locale.

Message lancé aux 34 maires au début de leurs mandats.

Pour Fey 4/ mai 2008


 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/05/2015

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK