Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Caraïbe : les coraux en danger

Caraïbe : les coraux en danger

Colonie de corail corne elan

Si la biodiversité locale est souvent présentée comme exception-nelle (voir le dernier numéro de la revue Terre Sauvage : « France d'outre-mer des richesses naturelles d'exception »), au point que l'île soit un « hot spot »1, il semble toutefois nécessaire de relativiser ce classement en raison des nombreuses menaces qui pèsent sur le milieu marin.

A en croire un rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture (UNESCO), les récifs coralliens caribéens seraient menacés de disparition en raison du changement climatique, de la récurrence des ouragans, de la pollution et de la surpêche. Ces récifs qui représentent 10 % environ de la couverture corallienne mondiale, se seraient repliés de 50 à 90 % au cours des cinquante dernières années ; les territoires les plus affectés étant les Iles Caïmans, La Jamaïque, Cuba et les Antilles françaises.

La dégradation de ces récifs se traduit principalement par un blanchissement de leur structure.

En réalité, les coraux vivent en symbiose avec une algue microscopique (appelée zooxanthelles) qui leur fournit leur nourriture et leur coloration. Quand la température de l'eau de mer s'élève (en raison du changement climatique), quand l'eau devient plus acide (du fait de la pollution), ou encore quand les massifs coralliens sont abîmés par des techniques de pêche inadaptées, les coraux se séparent des zooxanthelles, blanchissent puis dépérissent.

ZooxanthelleCe phénomène doit être analysé avec sérieux, car des centaines d'espèces marines dépendent de la présence des récifs coralliens ; leur disparition se traduirait par un effondrement de l'écosystème marin et une réduction des activités économiques, comme le tourisme et la pêche qui génèrent annuellement 4,6 milliards de dollars dans la Caraïbe.

Sachant que la démographie caribéenne ne cesse de croître, que la pollution du milieu marin ne devrait pas s'améliorer, et que les experts du Groupe Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) prévoient une augmentation de la température moyenne de l'atmosphère de 2 degrés environ, ne faudrait-il pas inciter les populations à prendre conscience du rôle essentiel que jouent les coraux ?
Des campagnes de sensibilisation (spots télévisés) plus percutantes que celles menées jusqu'alors s'avèrent vraisemblablement nécessaires...
____
1 Label attribué aux territoires bénéficiant d'une richesse biologique exceptionnelle.
Pascal SAFFACHE
Pour Fey 3 /le mars 2008

Photo 2 / http://fr.wikipedia.org/wiki/Zooxanthelle


 

 
Commentaires (2)

1. BOUTON Marie-Hélène 30/05/2015

Pardon, veuillez lire trafic maritime au lieu de "trafic fluvial".
Je vous remercie.

2. BOUTON Marie-Hélène 25/05/2015

Bonjour,
Oui à l'aménagement... des plages, mais dans quelles mesures, avec quels matériaux, sous quels angles etc ?

Je suis interpellée depuis que j'ai découvert l'aménagement de la plage de la Pointe du bout aux Trois Ilets délaissée depuis mon adolescence suite à l'envahissement par des voiliers venus audacieusement se mêler aux baigneurs petits et grands avec pour seul salut leurs dégazages outranciers et décharges d'ordures flottantes ou plongeantes.

Il fallait partir, laisser la place aux plaisanciers. Ils se faisaient la place.

Je reviens cette année et..., surprise !!!
Du sable blanc à perte de vue, de l'espace, du soleil, beaucoup de soleil sans ombre, très peu d'arbres ou presque pas du tout !

Mais une vaste étendue de sable blanc jonchée...

Mais ce qui me frappe, c'est la présence en abondance particulière de coraux morts.

Ils sont énormes : de très gros cerveaux, des "branches", des très grands plateaux etc. Dans l'eau comme sur l'arrière plage !

On peut évidemment apprécier de retrouver une plage, un certain espace mais ce sable blanc d'où vient-il ? D'où viennent les nombreux coraux morts ? Si nombreux et énormes !
Je pense au lieu où tout cela a été prélevé !!!!!!!

On parle de la Guadeloupe.
Je n'en sais rien.
Mais quel que soit l'endroit !

Est-ce ce qui attend la Baie de FDF même si les activités anthropiques doivent trouver une certaine compatibilité avec l'environnement, sa survie, le respect de la Biodiversité, de l'"exceptionnalité" ?

Je ne comprends pas. Je suis frappée par cela, à l'heure du développement durable, de la Biodiversité...

Du sable, oui peut-être avec la façon mais tant de coraux morts !!!

Peut-être viennent-ils tout simplement du large et dévoilent au final leur drame du large (trafic fluvial...) ??!!

Peut-être existe-t-il une démarche ou une technique que j'ignore.

Marie-Hélène BOUTON

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 15/06/2015

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK