Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Les énergies renouvelables : un chantier d'avenir pour la Martinique

Les énergies renouvelables : un chantier d'avenir pour la Martinique

96% de l'électricité que nous consommons en Martinique est produite en brûlant du pétrole. Les centrales thermiques sont responsables de 40% de nos rejets en CO2, le gaz carbonique, responsable du réchauffement de la planète.

La dépendance énergétique de la Martinique est totale et au moment où le baril de pétrole a franchi le cap des 100 dollars, la facture économique est lourde pour notre île. Idem pour la facture écologique. Exploiter des sources d'énergie alternatives est donc devenu stratégique et urgent.

Pas besoin de chercher bien loin pour en trouver
La Martinique est largement dotée en soleil, en vent et en houle, trois éléments sources d'énergies dites renouvelables car, à l'inverse du gaz ou du pétrole, ils peuvent être exploités sans se raréfier. Ils ne représentent pourtant que 4% de notre production électrique (16% en Guadeloupe ou 44% à la Réunion).

Les optimistes noteront que la part des énergies renouvelables devrait augmenter dans les années à venir. Le photovoltaïque, l'électricité produite par le soleil, est le secteur le plus porteur.

Depuis juillet 2006, EDF achète le kWh solaire 40 centimes d'euros (contre 30 centimes auparavant) améliorant ainsi la rentabilité des installations. Les collectivités locales ne s'y trompent pas. Le SMEM (Syndicat mixte d'électricité de la Martinique) espère tripler en 2008 la puissance photovoltaïque installée l'an dernier.

Onze communes martiniquaises sont déjà équipées. Des panneaux solaires ont été posés sur les tribunes du stade des Anses- d'Arlet, sur le toit de l'école du Carbet, ou sur celui de la cantine scolaire de Trinité. Ils sont également apparus au stade Louis Achille avec le conseil Général. Le Conseil Régional équipe les nouveaux lycées et la CACEM ne manque pas de projets.

La déchetterie de Case Navire, à Schoelcher a été la première équipée et la valorisation des toits des bâtiments communautaires est programmée.

Des entreprises aussi se laissent convaincre
La plus grande ferme photovoltaïque de la Martinique, et l'une des plus grandes de France, se situe sur le bâtiment du centre commercial et industriel Artimer au Marin. Au Lamentin, la CERP a équipé son toit à Acajou en 2007 et le Groupe Bernard Hayot finalise actuellement des études.

L'éolien (l'exploitation du vent) en revanche est plutôt en panne
La Martinique compte une seule ferme éolienne, au Vauclin, alors qu'elle recèle une centaine de sites techniquement intéressants (voir encadré).

Quant à la géothermie, l'exploitation des eaux chaudes, ou celle de la houle, les études se poursuivent...
Comme dans d'autres dossiers, un plan global fait cruellement défaut. « Les efforts politiques sont affichés, mais il se font en ordre dispersé, sans cohérence » explique Laurent Bellemare, Directeur du développement du SMEM.

La séance plénière commune des Conseils Régional et Général qui s'est tenue le 18 décembre fait naître des espoirs. Elle a défini des objectifs ambitieux communs en terme d'énergies renouvelables.

Mais il est bien trop tôt, pour en sentir les effets...

....................................
Lire aussi

L'énergie Solaire/ La Martinique en panne d'éoliennes


 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK