Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Quelques éléments pour comprendre ce qui s’est passé en Haïti

Quelques éléments pour comprendre ce qui s’est passé en Haïti

 

CatastropheLe 12 janvier 2010 à 16h53, Haïti a connu la plus grande catastrophe naturelle de son histoire. Un séisme d'une magnitude de 7,3 sur l'échelle de Richter a secoué le pays pendant une minute environ. L'épicentre fut localisé à 15 km de la capitale, Port-au-Prince, à une profondeur inférieure à 15 km.

L'importance des dommages (humains et matériels) s'explique par la très faible profondeur du foyer, par sa position en zone urbanisée, un bâti de très mauvaise qualité et l'impréparation totale de la population et des autorités compétentes.

En 1751, 1770 et en 1860, Haïti a déjà connu de violents séismes qui ont détruit le pays et particulièrement Port-au-Prince. Le risque sismique dans cette région est donc connu et certains experts haïtiens, tels le géologue Patrick Charles et Claude Prépetit (ingénieur et conseiller technique au bureau des mines et de l'énergie) s'attendaient à une catastrophe de cette ampleur.

La question de la vulnérabilité de Port-au-Prince ne fait donc plus aucun doute. Elle s'est manifestée par la destruction du palais présidentiel et du siège des Nations-Unies. La déforestation qu'a connue le pays ces dernières décennies a aggravé les inondations et rendu les sols et les sous-sols plus meubles. Les constructions inadaptées se sont multipliées et ont entraîné la concentration de la population dans de véritables bidonvilles.

Ce séisme a mis en évidence la place de la politique des risques dans les pays en développement où il n'y a souvent aucun contrôle, aucune règle de construction, ni aucune formation de la population aux risques sismiques.

Le risque sismique est le risque naturel majeur le plus dévastateur. Instantané, il engendre des dommages humains, matériels et économiques considérables. Cette incertitude doit accélérer la mise en place de mesures de prévention et la construction de bâtiments aux normes.

Cette problématique devrait aujourd'hui interpeller tous ceux qui sont garants de la sécurité des personnes et des biens.

Véronique PRIVAT, Pascal SAFFACHE
Pour Fey mag 9. /mars 2010


 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 04/10/2014

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK