Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Le pélican brun

Le pélican brun

Pelican 2C'est une heureuse et inattendue conséquence des travaux pharaoniques menés sur le port de Grand- Rivière : depuis la construction de l'énorme digue qui protège le dernier bourg du Nord Atlantique, des pélicans bruns ont fait leur apparition sur place. Ils profitent du plan d'eau poissonneux protégé par la nouvelle digue pour y pêcher leurs proies.

Pelican 1Ce palmipède marin peut vivre jusqu'à 25 ans. Il est l'un des plus gros oiseaux capables de voler. Il mesure plus d'un mètre de hauteur et jusqu'à deux mètres d'envergure. Il est relativement fréquent en Guadeloupe, à Saint-Martin et à Saint- Barthélémy (qui en a fait son emblème) mais il était plutôt rare en Martinique du fait de la grande activité humaine autour des côtes.

A Grand-Rivière, on peut observer les pélicans bruns pêcher en fin d'après-midi. Ils plongent, tête la première, d'une hauteur parfois importante (jusqu'à 20 mètres), pour saisir les poissons. La poche caractéristique qu'ils possèdent sous leurs mandibules inférieures, fonctionne comme un filet de pêche redoutable et efficace. Elle leur permet aussi de se rafraîchir pendant les journées chaudes. Comme un chien qui halète en sortant sa langue, le pélican peut bouger sa poche, générant ainsi une circulation d'air. Elle est aussi un outil de communication. Lorsque deux pélicans fraternisent, ils gonflent leurs poches, relèvent le bec à la verticale et inclinent lentement la tête d'un côté puis de l'autre.

L'espèce est intégralement protégée aux Antilles.

Laure Martin-Hernandez/ janv. 2013
Photo : K. Isaac 


Date de dernière mise à jour : 15/10/2014

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK