Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Les Chauves souris, entre attraction et répulsion !

Les Chauves souris, entre attraction et répulsion !

Les chauves-souris, ni oiseaux, ni souris, forment un monde à part dans la biodiversité. En Martinique, les chiroptères sont représentés par 11 espèces, toutes protégées, alors que l'énorme territoire canadien n'en accueille que 19. Ajoutons que la Myotis martiniquensis nyctor, est une sous-espèce de murin endémique en Martinique.

Hélas, les chauves souris n'ont pas bonne presse…

Le mythe du « soukounian », aux Antilles, traduit bien cette peur sourde de « l'animal » : Une chauve souris, « vieille dame lubrique, quittant sa peau humaine pour devenir animal », pratiquerait de sulfureuses activités nocturnes, voilà résumées quelques sombres rumeurs sur son impopularité !

A leur actif, les chiroptères consommeraient 7 fois leur poids en insectes volants soient quelques tonnes de Moustiques en Martinique… peut-être des aedes aegyptii parasités par la dengue hémorragique enfin une information positive sur « l'utilité » de nos chauves souris !

On ne pas nier néanmoins que les chiroptères sont vecteurs, de la rage, de mycoses pulmonaires et d'autres maladies virales graves. Récemment, une infestation par l'histoplasmose, via quelques chiroptères, a soulevé le débat en Martinique : extermination d'une espèce protégée, au nom d'impératifs de santé publique ou simplement précautions d'usage, « ne pas manipuler » comme le propose les écologistes… la discussion reste ouverte même si le cadre législatif, lui ne tolère pas l'extermination d'espèces protégées, comme l'a rappelé simplement la DIREN Martinique..`

Pour Fey 14 / Pierre-Louis Maynié, vice-président de l'association le Carouge*
**Association martiniquaise de préservation de la faune et de la flore et d'éducation à l'environnement.
Photo :
by Deborah Braconnier
avril 2011

.........................................................
A lire également

Chauve qui pleut...
Des chercheurs allemands ont étudié l'effet de la pluie sur la chauve-souris !

Il s'avère que la chauve-souris a besoin de deux fois plus d'énergie lorsqu'il pleut et cela expliquerait pourquoi une chauve-souris cherche immédiatement un refuge lorsqu'il commence à pleuvoir des hallebardes. Les chercheurs ont procédé méthodiquement avec 10 chauve-souris capturées et placées dans une grande cage à l'extérieur. Ils ont mesuré le métabolisme au repos et durant le vol selon qu'il faisait sec, humide ou pluvieux.

La chauve-souris en vol a besoin de 10 fois plus d'énergie qu'au repos par temps sec et 20 fois plus par temps humide. Il n'y avait pourtant pas de différence de poids ni même d'accroissement d'énergie métabolique entre celles qui étaient humides au départ et celles qui le devenaient durant le vol sous la pluie.

La pluie pourrait bien avoir un effet sur le refroidissement de l'animal, un peu comme quand nous suons dans l'effort pour que l'évaporation nous refroidisse. Dans ce cas, cela accroîtrait le métabolisme de l'animal qui dépenserait plus de calories pour rester à la bonne température. Peut-être sinon que l'aérodynamisme de la chauves-souris s'en trouve modifié. Enfin, il est possible que la pluie perturbe le système d'écholocation.

http://www.physorg.com/news/2011-05-grounded.html
Posté par JF@


 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 03/10/2014

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK