Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Le rat

Le rat

Si le chien est le meilleur ami de l'homme, le rat pourrait être son meilleur ennemi.

Le rat noir a été introduit aux Antilles, involontairement, par les bâteaux. Depuis, il fait l'objet d'une véritable guerre. Le rat fait en effet des ravages importants sur les cultures. De plus, il transmet deux maladies potientiellement mortelles pour l'homme : la leptospirose, qui tue en moyenne 3 ou 4 personnes par an en Martinique et en Guadeloupe, et l'angiostrongylose. C'est pourquoi il est vivement recommandé de bien nettoyer les fruits cueillis sur les arbres avant de les manger.

Par ailleurs, le rat noir est un danger pour les oiseaux qui nichent au sol, dont il mange les œufs. Sur les îlets de Sainte-Anne classés réserve naturelle pour protéger les oiseaux marins migrateurs, des campagnes de dératisation sont menées régulièrement.

Et la guerre ne se limite pas aux espaces protégés : la FREDON (Fédération Régionale de Défense contre les Organismes Nuisibles) organise chaque année des campagnes générales de dératisation. La première de l'année 2011 s'est tenue en Martinique entre le 30 mai et le 15 juin.

Jusqu'à présent, le rat noir a toujours survécu à ces guerres qui lui sont menées. Ce n'est pas le cas du rongeur endémique de la Martinique : le rat pilori (megalomys desmarestii). Long de 70 cm, il a été combattu pour protéger les champs, et les derniers specimens, qui vivaient sur les pentes de la Pelée auraient été tués par l'éruption de 1902. L'espèce est depuis déclarée éteinte. A moins que, comme en Colombie en mai dernier, on l'observe par hasard. Le rat des arbres, un rongeur aux couleurs rougeoyantes, a été aperçu dans une réserve naturelle, pour la première fois depuis 113 ans.

LMH


Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 21/09/2014

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK