Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Josiane Jos-Pélage, médecin, présidente de l'AMSES

Les médecins martiniquais hostiles à l'épandage aérien

epandage-et-bananier-1.jpg

Josiane Jos-Pélage est médecin, présidente de l'AMSES (Association médicale de sauvegarde environnement et santé) et vice-présidente du Conseil départemental de l'Ordre des médecins.

Elle a signé le texte dans lequel les médecins donnent leur avis à la Région sur l'épandage aérien. Verdict : « très défavorable ».

 

Fey : Quels ont été les éléments principaux qui vous ont conduit à rendre un avis aussi défavorable ?

Josiane Jos-Pélage :
D'abord, nous étions alertés par le type de diffusion des pesticides. L'épandage aérien consiste à pulvériser des microparticules au dessus des plantations. L'an dernier cette technique a été interdite dans l'Union européenne. Or, les risques pour la santé de la population sont les mêmes ici. Avec les alizés, ces microparticules peuvent être transportées loin de leur cible et pénétrer dans les voies respiratoires des riverains. Ceci, déjà, est potentiellement dangereux.

Ensuite, la Région demandait au Conseil de l'Ordre des médecins d'examiner une liste de trois pesticides que les planteurs utilisent contre la cercosporiose des bananiers. Dans les deux premiers, nous avions une documentation conséquente sur les risques qu'ils comportent.

En revanche, pour le 3ème produit, le « Banol », il manquait des éléments d'information essentiels comme la précision sur l'indice de risque et la toxicité. Nous avons donc mené des recherches, et nous avons découvert que sur la fiche du produit était inscrit noir sur blanc « peut être mortel en cas d'inhalation ».

De même, nous avons appris qu'il était reconnu comme cancérigène. Le risque nous a donc paru inacceptable.

Fey : L'arrêté d'autorisation prévoit des contraintes pour protéger la population ? Pensez-vous qu'elles sont suffisantes ?

J.J.P. :
L'arrêté préfectoral précise en effet qu'une distance minimale de 50 mètres des maisons est obligatoire. De plus, les pilotes doivent être équipés d'un GPS anti dispersion, qui bloque la projection du produit près des maisons. Ce sont des garde-fous, mais qui ne permettent pas à mon avis de garantir l'absence de risques. De plus, ce produit est persistant. C'est une huile qui se dépose sur les végétaux et qui entre dans la terre. Il va rester 3 ou 4 ans dans les sols, et on ignore quelles interactions il va avoir avec certains produits déjà présents, la chlordécone notamment. Souvent, les produits ont une action synergique entre eux, leur interaction chimique peut conduire à augmenter encore la toxicité de chacun d'entre eux. Là, en l'espèce, nous ne savons pas ce qui peut se passer…

Fey : Seriez-vous favorable à un arrêt total des pesticides ?


J.J.P. :
Je sais que les agriculteurs disent que c'est impossible, mais je suis favorable à un moratoire. Je pense qu'il faudrait arrêter pendant une période assez longue, 20 ans par exemple. On laisserait ainsi la terre se reposer, et on verrait ensuite. Il y a urgence car la Martinique subit depuis quelques années une flambée des cancers, une épidémie. Nous sommes au premier rang mondial pour le cancer de la prostate. Pour le cancer colorectal, le nombre de cas a été multiplié par 4 ou 5 depuis 15 ans.
Même si les pesticides ne sont pas les seuls responsables, nous savons aujourd'hui qu'ils favorisent certaines de ces pathologies.


Propos recueillis par Laure Martin pour Fey 17
le 10/06/2012

 


 

Commentaires (1)

1. Denis DEGRAS 15/10/2012

Les apprentis sorciers sont fort en tout sauf qu'il n'ont pas prévus de "marche arrière" de plus "leurs freins" sont de très mauvaise qualité. Avec tous ces mornes desquels dévalent des quantités d'eau de pluie et de toutes sortes, pas étonnant qu'il y ai tant d'hommes -entre autres espèces vivantes- malades ou en périls. Voilà un point très concret sur lequel il conviendrait de "demander réparation".

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 02/10/2014

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK