Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Remue-méninges à Saint-Pierre

Remue-méninges à Saint-Pierre

st-pierre-1.jpgLa capitale du Nord de la Martinique s'est transformée ces dernières semaines en terre de débats. Objectif : consulter la population pour identifier des projets à mettre en œuvre dans le cadre du plan de relance du Grand Saint-Pierre, porté par la Région.

Les « ateliers imaginaires » se sont tenus en avril et en mai. Huit thèmes ont été abordés : le patrimoine, la mer, l'arrière-pays, le circuit touristique, le berceau de l'enfance, les projets de renaissance, la ville du futur, et le temps et les rythmes de vie.

« La participation est satisfaisante » estime le sociologue Serge Domi, l'un des organisateurs de ces ateliers. « Nous avons eu une moyenne d'une trentaine de participants à chaque fois, c'est ce que nous espérions ».

Les ateliers se sont déroulés en fin d'après-midi et en soirée, pendant trois heures de temps, dans la commune. Des sujets très variés ont été soulevés. Les rapporteurs sont chargés de rédiger des synthèses.

Pour déterminer les thèmes, auparavant, une centaine d'entretiens individuels avaient été menés. Des personnalités pierrotines avaient pu parler de leur vécu de la ville, de leurs déceptions, de leurs espoirs...

Ateliers et forums

La prochaine étape sonnera l'heure de la restitution des travaux. Des forums se tiendront autour de chaque thème. « Les forums devraient se dérouler à la rentrée, en septembre. Là, le public sera probablement plus nombreux. Peut-être une centaine de personnes à chaque fois » commente Serge Domi.

Enfin, quand cette longue phase préparatoire sera terminée, la balle sera lancée dans le camp des politiques. Ils devront arbitrer les projets et faire leur choix pour redynamiser Saint-Pierre et le Nord-Caraïbe.

Mais déjà, certaines actions ont été engagées. Un projet d'aménagement des entrées de la ville a été dessiné. De même, dans la rade, les épaves coulées par l'éruption meurtrière de la montagne Pelée en 1902 bénéficient désormais d'une protection. Depuis le début de cette année, un périmètre de sécurité a été matérialisé par des ba-lises jaunes. Les navires n'ont plus le droit de jeter l'ancre dans cette zone. Une mesure destinée à éviter de faire de nouveaux dégâts sur ces navires historiques et à permettre leur meil-leure exploitation touristique.

Laure Martin / juin-juil. 2012 


Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 02/10/2014

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK