Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

A propos des Protéines Animales transformées

A propos des Protéines Animales transformées

En pleine crise des lasagnes à la viande de cheval, la commission européenne a annoncé, le 14 février dernier, qu'à partir du 1er juin 2013 les poissons d'élevage pourront être nourris avec des Protéines Animales Transformées (PAT).

Ces protéines proviendront de « sous-produits (...) d'animaux sains, c'est-à-dire d'animaux issus de la chaîne alimentaire conventionnelle ». Elles ne seront pas produites à partir des morceaux à risques comme la cervelle, et le cannibalisme sera formellement prohibé ; en clair, les poissons seront nourris à partir de volailles et de porc, les volailles à partir de porc, et les porcs à partir de volailles. Les Protéines Animales Transformées n'intègreront en outre aucun sous-produit provenant des ruminants.
Bien que les Protéines Animales Transformées n'aient rien à voir avec les farines animales responsables de la « maladie de la vache folle », l'idée de les réintroduire a suffit à raviver la crainte d'une nouvelle crise.

graines.jpgLa crainte de la crise

A la fin des années 1980, l'Europe a été touchée par une crise sanitaire sans précédent, plus fréquemment connue sous le nom de « crise de la vache folle ». Au sein d'un élevage britannique, fut identifié en 1986 le premier cas d'Encéphalopathie Spongiforme Bovine (ESB), qui conférait aux animaux des tremblements incontrôlés. Les analyses réalisées en 1987, révélèrent que l'origine de cette maladie était liée à l'incorporation de farines d'origine animale dans l'alimentation bovine (les bovins mangeaient d'autres bovins). Diverses mesures furent prises pour enrayer l'épidémie et préserver la santé humaine, comme l'interdiction d'utiliser les farines animales dans l'alimentation du bétail, l'arrêt de l'importation des viandes anglaises (car cette maladie était transmissible à l'homme), l'abattage systématique des troupeaux contaminés.

Pourquoi réintroduire aujourd'hui les farines animales ?

Tout simplement car elles ont un coût de production très faible, et un potentiel énergétique élevé. Leur valorisation dans les élevages permettrait de couvrir les besoins en protéines des animaux, besoins couverts actuellement grâce aux tourteaux de soja. Les Protéines Animales Transformées permettraient aussi de réduire la dépendance européenne vis-à-vis des importations américaines et brésiliennes de soja.

Aujourd'hui, quelles sont les propositions à l'étude ?

Recourir aux protéines végétales, comme le blé, le soja ou encore le maïs, déjà utilisées en aquaculture. Cette alimentation représente désormais 85 % de la portion alimentaire animale, contre 25 % il y a quinze ans.  Sur le territoire national le débat semble clos, car le 23 février 2013 la France a voté contre la réintroduction des farines animales...

Véronique PRIVAT, Pascal SAFFACHE
Pour Fey / 14/08/2013


 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 30/09/2014

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK