Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Exploitation de la houle : un ingénieur guadeloupéen développe un projet

Exploitation de la houle

Utiliser la force de la houle pour créer de l’électricité. Michel Pioche, un ingénieur guadeloupéen, y pense depuis une quinzaine d’années. Pour relancer le projet, il vient de fabriquer un modèle réduit qu’il teste en ce moment sur le littoral guadeloupéen. Et ça marche !

« J’ai eu l’idée la première fois en prenant le bateau entre la Martinique et la Guadeloupe » raconte Michel Pioche. « Quand on est arrivés dans le canal de la Dominique, j’ai compris qu’un flux puissant de l’Atlantique déployait une énergie incroyable. Le bateau était très secoué. Quelques semaines après, j’ai développé le brevet ».

model-michel.jpgEau de mer sous pression

Michel met ainsi au point un système permettant la récupération de l’énergie de la houle. Il imagine l’installation de pompes à piston qui alimentent en eau de mer une canalisation haute pression reliée à une usine hydroélectrique située à terre. L’énergie nécessaire pour pomper l’eau de mer est assurée par la houle grâce au mouvement vertical de flotteurs de 8 mètres de diamètre reliés par câble aux pompes. Au final, dans l’usine, l’eau envoyée à haute pression actionne une turbine, puis un alternateur intervient, et fabrique ainsi de l’électricité. D’après les calculs de Michel, sur un hectar de mer on peut produire 1 mégawatt (MW) et sur un kilomètre carré 100 MW.

Une mécanique simple

« L’idée n’est pas de devenir millionnaire, je n’ai pas besoin de ça, mais je voudrais qu’on considère cette possibilité énergétique car elle comporte de nombreux avantages » explique Michel Pioche. D’abord, elle ne consomme aucune énergie fossile et ne produit donc pas de rejet polluant. Ensuite, la mécanique semble relativement simple. « Pas besoin de haute technologie, ce sont des matériaux et une conception simples » défend l’ingénieur. Autre argument défendu par Michel : avec ce système pas besoin de stocker l’électricité dans des batteries polluantes. « Grâce à un dispositif de stabilisation du débit avec de l’air comprimé, la houle offre un flux énergétique continu » affirme l’ingénieur en mécanique et électricité. Les technologies solaires ou éoliennes n’ont pas cet avantage… De même, l’usine, avec ses ressources en eau et en électricité pourrait organiser d’autres productions : dessaler l’eau de mer, produire de l’hydrogène, alimenter des bassins d’aquaculture...

Modèle réduit

michel-bouee.jpgL’idée est née il y a près de 15 ans mais Michel Pioche l’a relancée après avoir discuté avec des physiciens de l'université. Pour démontrer qu’elle fonctionne, l’inventeur guadeloupéen a fabriqué un modèle réduit qu’il teste depuis le début de l’année sur des plages de l’île. Il parvient avec cette petite installation à allumer une dizaine d'ampoules (diodes) pour une puissance de 5 Watts. « Je suis convaincu que la houle peut fournir l’électricité de l’avenir non seulement ici, aux Antilles, mais dans de nombreuses régions du monde » défend Michel Pioche.

Avis aux investisseurs qui voudraient développer le concept. Contactez-nous !


Propos recueillis par Laure Martin/ août 2013


 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 19/04/2016

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK