Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Mystérieuses tortues marines !

Mystérieuses tortues marines !

emergence.jpg

Octobre marque la fin de la saison de ponte des tortues marines aux Antilles. À l'exception de quelques retardataires, elles ne se montreront plus sur les plages avant l'année prochaine.

Seuls sortent encore par centaines les bébés de la nouvelle génération, qui émergent des nids après deux longs mois d'incubation. Pour eux, il s'agit de filer à toute vitesse vers la mer dans une course éperdue contre les prédateurs qui veillent...

Mais où vont-elles ?

On a surnommé « lost years » – les années perdues – la phase qui suit leur arrivée à la mer, où les juvéniles errent au gré des courants et des opportunités alimentaires. Il arrive qu'une petite silhouette se laisse deviner parmi un tapis d'algues flottantes, mais on ne sait guère ce qu'elles deviennent pendant toutes ces années. Ce n'est qu'à la phase suivante qu'on les retrouve près des côtes, où elles se sédentarisent jusqu'à l'âge adulte. Quinze à 25 ans plus tard, c'est de là qu'elles partiront pour revenir pondre sur les lieux même de leur naissance, souvent à des centaines de kilomètres.

sans-titre-1.jpgPistées à travers le monde, elles ne livrent pas tous leurs secrets

Les traces dans le sable identifient l'espèce concernée, à chacune sa signature. Pour les suivre, on marque les adultes par des procédés plus ou moins sophistiqués. À l'instar des oiseaux migrateurs, la candidate au marquage se voit parée d'une bague à numéro unique, sa carte d'identité. Plus moderne, le « pittage » (PIT : Passive Integrated Transponder), consiste à injecter sous la peau une puce qui sera décodée par un lecteur..

Plus encombrante, la balise Argos fixée sur la carapace permet de suivre les déplacements en temps réel. On sait ainsi qu'une tortue marine est capable de parcourir plus de 20 000 kilomètres en un seul trajet migratoire !. On ne sait pas marquer les nouveau-nés. Ils sont trop petits et trop fragiles et leur taux de mortalité – 1 sur 1 000 arrive à l'âge adulte – rendrait hasardeux leur suivi. Donc, même si cela surprend, on ne connaît pas précisément l'espérance de vie d'une tortue marine.

D'avril à octobre, la même histoire se répète, mais... Montée, ponte, émergence, départ, retour, le cycle se répète invariablement... À moins qu'entre-temps, le site ait été endommagé : un nouvel éclairage urbain perturbateur, des aménagements littoraux intempestifs sont autant de dangers qui guettent cet unique rescapé sur 1000. Et si nous n'y prenons garde, ils pourraient bien nous priver de notre prochain rendez-vous, l'année prochaine, à partir de mars.retour-ponte-1.jpg

Liste des 5 espèces de tortues présentes aux Antilles françaises
• Tortue imbriquée : Eretmochelys imbricata • Tortue verte : Chelonia mydas • Tortue luth : Dermochelys coriacea • Tortue caouanne : Caretta caretta • Tortue olivâtre : Lepidochelys olivacea

 

 


tortues-couv-1re-hd600px.jpgTortues marines des Antilles
Laurent Louis-Jean Préface de Jean Lescure du Muséum d'Histoire naturelle, expert Tortues marines à l'UICN
11,5 cm x 21 cm • 72 pages,
quadri, photos et aquarelles
• 12,00 €
www.scitep-editions.fr          • www.facebook.com/scitep
Vente en librairie ou en ligne, expédition sous 48 heures

Laurent Louis-Jean : Très impliqué dans leur protection, en étroite collaboration avec les professionnels de la mer, ce jeune chercheur est en train de devenir l'un des rares spécialistes locaux des tortues marines.

Baguage ©Laurent Louis-Jean  -  Retour ponte ©Projeto Tamar  -  Tortue imbriquée ©Alex Zeni

 


Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 28/05/2016

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK