Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Le blues du lambi

Le blues du lambi


lambi.jpg

Le lambi est un mollusque gastéropode (de la famille des escargots) qui occupe tout le bassin Caraïbe. De son nom scientifique Strombus Gigas Linnaeus, il est aussi appelé strombe géant ou strombe rose. Le terme lambi, utilisé en Martinique et en Guadeloupe, serait un héritage amérindien.

L'homme est son principal prédateur

Le lambi peut vivre jusqu'à 30 ans. Dans la mer, on le trouve jusqu'à 100 mètres de profondeur, mais la majorité des individus vit entre 10 et 30 mètres sous l'eau. L'animal rampe sur les fonds marins où il se nourrit d'algues. Les femelles pondent des œufs, jusqu'à 400 000 par ponte, et jusqu'à 8 fois par an.

Avant deux ans, les jeunes lambis sont la proie de nombreux prédateurs carnivores (poissons, conques, crustacées...) mais leur principal ennemi est l'homme.

En filets ou en brochettes

Parmi tous les peuples de la Caraïbe, les Martiniquais comptent parmi ceux qui en consomment le plus. En filets ou en brochettes, les lambis font le succès de nombreux restaurants. Ils représentent un enjeu économique (pour les restaurateurs, les pêcheurs et les artisans), mais aussi un patrimoine culturel. Leur conque, transformée en instrument soufflant, est utilisée par les pêcheurs pour annoncer leur retour à terre. Dans le passé, elle aurait permis d'annoncer les grands évènements (deuils, naissances, révoltes...).

Le lambi est pourtant aujourd'hui une ressource en danger. En 2001, la DEAL (Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement) a mené un recensement méthodique dans les eaux du Vauclin. Bilan : 20 lambis par hectare ont été dénombrés alors qu'il en faudrait dix fois plus (200) pour assurer le renouvellement de l'espèce.

Des restrictions insuffisantes

En 1999, pour tenter de préserver les stocks, une réglementation a été mise en place en Martinique. Elle interdit de prélever des lambis trop jeunes. Le pavillon de la coquille de l'animal doit être bien formé (c'est un signe de maturité sexuelle) et le poids de la chair par animal doit dépasser 250 grammes. Pour les plaisanciers, la pêche est limitée à 3 lambis par jour, mais le braconnage est fréquent, ainsi que le trafic inter-îles de lambis. Treize ans plus tard, force est de reconnaître que ces restrictions ne suffisent pas. A l'échelle de la Martinique et de la Caraïbe, les populations de lambis s'épuisent...

Laure Martin pour Fey #19/Photo L.M.
nov. 2012


Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 30/09/2014

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK