Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

L’élévation du niveau de la mer : un risque réévalué à la hausse

L’élévation du niveau de la mer : un risque réévalué à la hausse

Frog 1Nous savions déjà nos régions sensibles au risque d'élévation du niveau des mers. Nous ne savions pas qu'il viendrait si vite... Le risque a été réévalué par les experts mondiaux du climat, et notre archipel, est en première ligne.

En 2006, le Conseil Général de la 
Martinique avait organisé un colloque international sur les risques des changements climatiques dans la Caraïbe. Le but de cette manifestation scientifique était de recenser les impacts que pourraient avoir - à court ou moyen termes - les évolutions climatiques contemporaines sur notre région. 

Dans une communication intitulée : “Les îles antillaises face à l’élévation du niveau de la mer” Fey #7/2009, nous avions alors démontré qu’une élévation du niveau de la mer, même modeste (de 1 mm par an environ), pourrait affecter durablement les côtes basses, en les érodant, les ennoyant et surtout en augmentant la vulnérabilité des populations riveraines.

Dans les Grandes Antilles, les littoraux cubain et portoricain seraient amputés d’une importante partie de leur potentiel balnéaire, alors que dans les Petites Antilles, ce sont les secteurs plans, situés à proximité des baies et des cul-de-sacs marins, qui seraient prioritairement ennoyés. La superficie de la Martinique serait alors réduite de plusieurs kilomètres carrés. 

En croisant cette élévation moyenne annuelle du niveau de la mer de 1 mm, avec l’impact que pourrait produire une marée de tempête1 de quelques dizaines de centimètres (suite au passage d’un ouragan), les simulationsindiquaient qu’une importante partie du centre historique de Fort-de-France serait ennoyée, ainsi que le quartier de Dillon. 

Si ces simulations interpellèrent les décideurs, elles n’engendrèrent la prise d’aucune mesure particulière.

Élévation deux fois plus rapide 

Aujourd’hui, la situation semble beaucoup plus préoccupante car, à en croire les derniers travaux du GIEC (Groupement Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat), l’élévation moyenne annuelle du niveau de la mer qui avait été estimée (dans la Caraïbe) à 1 mm en 2006, atteindrait aujourd’hui 2 voire 2,5 mm. A ce rythme, en 2050, le niveau de la mer sera 10 cm plus haut, d’où des déferlements s’effectuant bien plus loin sur les rivages, ce qui entraînera une plus grande mobilisation sédimentaire, une érosion côtière plus affirmée (bien qu’elle le soit déjà, car l’érosion est le dénominateur commun des îles antillaises), et des riverains toujours plus vulnérables (20 millions de personnes vivent en zone côtière dans le bassin Caraïbe).

Qu’est-il donc envisagé pour pallier ce phénomène ?

En réalité, rien n’a été prévu à ce jour, car tant dans les Petites Antilles, qu’au niveau des Grandes Antilles, aucune mesure particulière ne semble avoir été prise. Plus surprenant encore, les populations méconnaissent ou ignorent ce phénomène d’élévation contemporaine du niveau de la mer qui les menace pourtant durablement.

Lors de la conférence donnée le 26 novembre 2013 (“Erosion côtière et variations positives du niveau de la mer : pour une stratégie de repli (l’exemple des Petites Antilles et de la Guyane”), nous avons démontré l’âpreté du phénomène, insisté sur la vulnérabilité des populations et proposé une solution : le repli des infrastrutures côtières vers l’intérieur des terres (lorsque cela s’avère possible). Cette dynamique étalée sur 15 ou 20 ans pourrait être soutenue financièrement par la puissance publique, mais surtout devenir un des axes majeurs du futur Schéma d’Aménagement Régional (SAR).

Bien que la prise de conscience soit loin d’être effective, gageons - à l’image d’autres risques dont la prise de conscience a été longue (tsunamis) - que cela se fera progressivement...

1-La marée de tempête est une élévation anormale du niveau de la mer liée au passage d'un ouragan. Au niveau de l'œil, la pression atmosphérique étant faible, cela se traduit par une élévation du niveau de la mer (de plusieurs mètres de hauteur parfois) susceptible d'ennoyer les terres basses ...

Pascal Saffache
Pour Fey mag.23/ janv./2014

.......................................
Lire aussi
Causes et conséquences du réchauffement climatique sur les littoraux antillais - par Claverie le 19/04/2015
Présentation de Monsieur Pascal Saffache lors du séminaire EDD de l'académie Martinique (16 et 17 Avril 2015)


 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 26/04/2015

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK