Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Risques sismiques : Le cas des logements privés

Risques sismiques : Le cas des logements privés

Poteaux web 1Aujourd'hui, les nouvelles maisons doivent répondre à des normes de construction parasismiques. Les règles ont été renforcées en mai 2011 et s'appliquent aux nouveaux chantiers. Pour les maisons anciennes, en revanche, celles qui sont déjà construites, c'est une autre affaire...

La Direction générale de la prévention des risques le reconnaît elle même dans le bilan du Plan séisme Antilles qu'elle avait réalisé en 2012 : « L'habitat privé, individuel ou petit collectif, paraît souvent très vulnérable au risque sismique. Il est vraisemblable que lors d'un séisme majeur, un grand nombre d'habitations privées s'effondrerait ».

La vulnérabilité des bâtiments dépend de plusieurs éléments. Elle est liée d'abord à la zone dans laquelle les maisons sont situées. Les emplacements sont plus ou moins à risques selon la nature du sol, le relief, la proximité de la faille... De même, l'ancienneté et la technique de construction comptent beaucoup. Les maisons réputées les plus vulnérables sont celles posées sur pilotis, avec un rez-de-chaussée ajouré. Elles datent de plus d'une quinzaine d'années.

À l'inverse, les maisons en bois semblent plus sûres, si toutefois, leur entretien est bien assuré. Pour réduire la vulnérabilité, les maisons et les petits immeubles peuvent souvent être sécurisés par des travaux de confortement.

Cependant, ces aménagements coûteux... Une loi du 27 mai 2009 a modifié le Code des impôts pour autoriser des réductions d'impôts pour aider les propriétaires à les financer, mais cette nouveauté n'est pas utilisée. Les décrets d'application n'ont pas été publiés. Une belle faille dans la prévention...

L. M-H


 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 22/09/2014

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK