Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Le gaïac, espèce en voie de disparition

Le gaïac, espèce en voie de disparition

Gai ac

De son nom scientifique guaiacum officinale, le gaïac est un arbre endémique qui a pratiquement disparu de la Martinique. Autrefois très présent en Amérique du Sud et aux Antilles, on ne le trouve plus que très rarement sur les mornes calcaires de Sainte-Anne ou de Trinité, et en Guadeloupe, dans la réserve de Petite-Terre.

Surexploitation

Habitant des forêts sèches, le gaïac est un petit arbre qui peut atteindre entre 3 et 10 mètres de hauteur. Son tronc est tortueux et sa croissance très lente. Il a été victime de surexploitation en raison de ses vertus médicinales, notamment contre les maladies vénériennes.
De plus, son bois dense à texture presque huileuse était très prisé dans la marine. Auto-lubrifiant, le bois de gaïac était l'essence préférée des marins pour réaliser les poulies des bateaux. On dit que Rackham le Rouge ou le Capitaine Crochet ne juraient que par lui.

Réintroduction

Cette surexploitation a nécessité une protection règlementaire. Un arrêté ministériel a été pris en 1988. Il est désormais interdit de couper les gaïacs mais aussi de les planter.
Une mesure destinée à protéger la souche martiniquaise de l'espèce car de proches cousins ont été introduits dans l'île et on redoute une hybridation ou un remplacement du gaïac local.

L'arbre pourrait toutefois bénéficier d'un programme de réintroduction au Prêcheur. En accord avec l'ONF, les jardins partagés de Gaïac, en cours d'aménagement à l'anse Belleville, envisagent de réintroduire cette essence rare en voie de disparition.

LMH/ Pour Fey 2014


 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/04/2015

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK