Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Le suivi ROCCH

Le suivi ROCCH

Rochh 1 carte m

Dans le cadre de la Directive européenne Cadre sur l'Eau (DCE), l'Office De l'Eau Martinique a en charge la mise en place et l'exploitation des réseaux de suivi de la qualité des milieux aquatiques.

Différents éléments peuvent être explorés afin de disposer d'une appréciation globale de la qualité des milieux : la contamination en polluants de l'eau, des sédiments de la faune ; la richesse de la faune en quantité et variété ; la qualité morphologique des milieux.

Pour la biologie, l'approche proposée par la DCE, consiste à développer différents bio-indicateurs basés chacun sur un compartiment bien défini (algues, poissons, invertébrés,...). Ils permettent, à l'issue de travaux de calibration conséquents, de relier les niveaux de richesse et d'abondance variétale aux pressions exercées sur les milieux et de déterminer sa qualité. Pour les eaux littorales, plusieurs bio-indicateurs sont en développement.
Rochh 2 et 3Rochh 4
Le suivi des polluants par des analyses directes des eaux marines est très contraignant et peu indicatif compte tenu des niveaux de dilution. Il faut donc utiliser des techniques permettant d'amplifier la réponse.

Les contaminations chimiques sont notamment suivies dans le
s huîtres de palétuviers qui sont susceptibles de « bio-accumuler » les polluants. Ce réseau, dénommé ROCCH : Réseau d'Observation de la Contamination Chimique a été mis en place en 2008 en remplacement du réseau RNO (Réseau National d'Observation) - matière vivante » déployé dès 2002.

Le programme d'échantillonnage porte sur 4 stations se situant sur la baie de Fort de France (rivière Lézarde et Baie de Génipa), sur le littoral Sud-Caraïbes au Marin (Pointe Marin) et sur le littoral Sud-Atlantique à Pointe Larose (Baie de Saint Pée). Ces stations sont localisées ci après.

La fréquence des prélèvements en Martinique est bi-annuelle : en février pour le carême et en novembre lors de la saison des pluies.

L'échantillonnage sur le terrain est actuellement réalisé par le bureau d'études Impact Mer. La chair des huîtres est envoyée en métropole au laboratoire de l'Ifremer qui réalise des analyses sur les métaux (L'argent (Ag), le cadmium (Cd), le chrome (Cr), le cuivre (Cu), le mercure (Hg), le nickel (Ni), le plomb (Pb) et le zinc (Zn)), les pesticides organochlorés dont la chlordécone, le HCH (lindane et dérivés) et le DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane), les PCB (polychlorobiphényles) et les HAP (Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques).

Les contaminations les plus fortes et les plus régulières sont les teneurs en DDT, cuivre et nickel et en argent de la baie du Marin ainsi que celles en PCB de la rivière Lézarde. Des pics de HAP ont été relevés sur les stations de La Lézarde et à la pointe Marin.

Il n'est pas pour l'instant possible de conclure sur l'ampleur et la provenance de la contamination des fonds de baie mais la poursuite des investigations et 
l'analyse fine des chroniques devraient le permettre.

Logo ode ok

 

 

Publireportage Pour Fey 25
mai- juin 2014

 


 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 29/10/2014

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK