Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Débats autour du projet d’extension du port de Fort-de-France

Débats autour du projet d’extension du port de Fort-de-France

CoonatinerConcilier développement économique et protection de l’environnement et des richesses naturelles : le débat revient sur la scène martiniquaise à l’occasion du projet d’extension du port de commerce de Fort-de-France. 

Le permis préfectoral a déjà été accordé, par un arrêté daté d’octobre dernier. Une autorisation de procéder à l’extension du port de commerce,  a été validée. 3 hectares devraient sortir de terre au Sud de la Pointe des Grives. L’objectif est d’attirer des porte-conteneurs plus longs (plus de 200 mètres) pour réduire le coût du transport par « boîte ».

Pour réaliser cet énorme remblai, le port prévoit de prélever 800 000 m3 dans la caye Grande Sèche, dans la baie de Fort-de-France. 13 hectares de récifs coralliens devraient être dragués.

Or « ces récifs sont vivants et ils présentent une biodiversité spécifique, unique en Martinique » affirme Romain Ferry, biologiste marin du groupe Biosphère de l’Université des Antilles.

Un inventaire dressé en quatre plongées sous-marines pour le compte de la CACEM avait noté la présence de poissons rares (ange gris, gobie léopard, vierge caye…) et de trois espèces de coraux classés vulnérables. « Un crime contre la biodiversité » estime Garcin Malsa du Centre caribéen du développement local et solidaire. 

L’État de son côté note que des précautions ont été prises. L’arrêté préfectoral est assorti de prescriptions techniques. Le port de commerce devra éviter les zones les plus sensibles des récifs. Il devra aussi transplanter des coraux, réduire les nuisances sonores ou créer une mangrove artificielle.

L. M-H
Pour Fey / juillet-août/2014


 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 20/09/2014

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK