Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

«Redonnons des ailes à notre jardin»

«Redonnons des ailes à notre jardin»

Fleur 2Quand vous étiez enfants en Martinique ou ailleurs, vous pouviez côtoyer dans la poésie des paysages une féérie de couleurs virevoltantes : coccinelles, papillons, guêpes rouges, colibris, demoiselles, libellules, lucioles ...

Depuis, Le dérèglement des cycles naturels de la forêt et de l'eau a eut pour conséquence une diminution de 60 à 80% des insectes autour de vous, comme partout sur la planète.
Prendre l'initiative de faire revenir entre-autre des papillons dans son jardin, va donc bien au-delà de considérations esthétiques. Tout ce petit monde enchanteur de votre enfance n'attend que la magie du jardinier pour réapparaître sur votre balcon, dans votre jardin, verger, potager  ; mais aussi dans le jardin des écoles, des entreprises, dans les lieux collectifs, sur les 30 000 hectares de terres oubliées, partout vous pouvez être les acteurs du miracle de la vie.

Vous pouvez prendre part à cette opération en tant que simple particulier mais aussi au sein d'une école ou d'une entreprise.
Nous vous proposons de vous réap-proprier les fondements de la vie. Quelque soit sa taille, le vivant a son rôle à jouer, qu'il soit bactérie, champignon, vers de terre, insecte, oiseau, (...) il transmet un trésor d'énergie aux plantes, qui au final, vous comble en retour de ses bénéfices par les fleurs, les fruits, le bois, les légumes, l'oxygène...

«Redonnons des ailes à notre jardin» est une initiative lancée par le Jardin des Papillons au Carbet

L'idée est de faire revenir des papillons dans votre jardin, pour relancer le cycle naturel. Cela est relativement simple à obtenir : il suffit d'intégrer à vos plantations des espèces végétales attirant ces insectes, et enrichissant le sol. Le tout est de savoir lesquelles !.

Vincent, professeur de capoeira au Carbet, a été l'un des premier à suivre ces conseils pour «redonner des ailes à son jardin», car il souhaitait polliniser son potager naturellement. Selon lui, une telle entreprise demande peu d'entretien une fois lancée ; il faut principalement penser à arroser,  repiquer les plants de temps en temps et à surveiller les chenilles.
Le collège Asselin de Beauville à Ducos, à l'initiative de Stéphane Giordano, professeur de sport, a également vécu l'aventure depuis septembre 2012 avec des classes de 6ème et 5ème. Des ateliers jardinage sont organisés et les élèves peuvent également venir s'occuper des plantations durant leur temps libre à l'heure de la pause déjeuner.

I. & H. Damico

Venez découvrir un projet interactif, participatif, qui vous donnera toutes les clefs pour «redonner des ailes à votre jardin»
Retrouver votre rôle immémorial de semeur de graines et de jardinier.

----------------------------------Tout le mois d’août aux heures d’ouverture (9H-12H),
et les après midi en prenant rendez vous sur les lieux des jardins partagés de l’Anse Gaïac au Prêcheur.
----------------------------- N’hésitez pas à appeler : 0696 44 16 30 ou au 0596 78 33 39

 

Ensemble, nous pouvons redonner des ailes à la Martinique  !

Fleur tiket 1

Une des plantes les plus importantes des débuts de cultures à l'anse Gaïac
Le Titonia, originaire du Mexique est une plante buissonnante. Elle est utilisée à l'Anse Gaïac pour améliorer les sols pauvres auxquels elle apporte de l'azote et du phosphore. Ce "tournesol du Mexique" de la famille des Astéracées a pour nom Tithonia diversifolia et tithonia rotundifolia. Il forme rapidement de grands buissons herbacés jusqu'à trois mètres de haut, pouvant être ensuite broyé et utilisé en paillage. Cette méthode entraine un retour de la fertilité du sol, et offre aux pollinisateurs une grande quantité de nectar.

5papillon montage 2


Le papillon emblématique du jardin et de l'anse
Le monarque ou Danaus Plexippus, sédentaire en Martinique, se retrouve partout sur le continent Américain, du nord jusqu'au sud. Il est l'un des pollinisateurs les plus adaptés à la réintroduction dans les jardins par ses qualités de résistances aux prédateurs. La plante nourricière des chenilles, autrement dit la plante sur laquelle pond le papillon, est présente en abondance à l'anse Gaïac pour les volontaires à la réintroduction du papillon monarque sur l'île.


 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 11/04/2015

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK