Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

LE CROWDING

LE CROWDING

Feuille fey itwDanse, Cité Martiniquaise...

La Martinique est un territoire de 1128 Km² occupée d'environ 400000 habitants. Avec une densité de 350 habitants au Km², elle fait partie des territoires caribéens à forte densité. Le tableau comparatif qui suit nous permet de nous en rendre compte :

Ctableau djibril
Quels sont les impacts (sociaux, économiques, écologiques, identitaires) d'une telle densité sur notre environnement ?

Comment réguler au mieux cet espace inextensible, par ailleurs, pour continuer de garantir des conditions de vie respectueuses de la dignité humaine ?

Ce propos n'a pas vocation à répondre directement à ces questions essentielles, fondement de notre à-venir. Il s'agit plutôt de jeter les bases d'une réflexion à poursuivre.

La densité est un indicateur démographique qui nous renseigne quantitativement quant à la part de l'occupation de l'homme sur un espace donné. L'unité utilisée est le nombre d'habitants au km² (hab/km²), rendant compte d'une densité spatiale.

Quant aux effets de cette densité sur la réalité sociale, ils sont extrêmement difficiles à mesurer, car la densité n'est pas que spatiale, elle aussi Subjective.

Dès lors que signifie ce chiffre si on ne tient pas compte de ce que pensent les personnes concernés ? Pire, anticiper et prédire des comportements stigmatisants et stéréotypants du seul fait d'une densité forte ou faible ?

C'est donc du fait de la densité subjective qu'il devient compliqué d'appréhender et de rattacher la densité exprimée en chiffre à une réalité concrète.

Totem tribuneLE CROWDING donne des éléments de compréhension car il désigne tout simplement la densité perçue par les personnes sur un territoire donné. Il permet donc de mesurer la densité subjective (puisque perçue) à travers le sentiment d'entassement.

Il y a Crowding quand le niveau d'intimité réelle d'une personne est plus faible que le niveau d'intimité désiré. Quand cela se produit, la personne exposée se retrouve en état de stress interpersonnel et environnemental, selon Hall.

Et cela est observable quel que soit le type d'espaces et le type d'échelle..

Donc on ne peut préjuger de la qualité des rapports sociaux à partir du seul examen du nombre de personnes sur un espace donné. On peut se sentir à son aise dans un espace peuplé ou ressentir beaucoup d'inconfort sur un espace très peu dense.

Le nombre ne prédit nullement le sentiment d'entassement et d'intimité, donc le Crowding.

En effet, l'intimité est un processus individuel de régulation et de gestion des relations sociales. Elle se mesure au degré d'isolement par rapport aux autres.

Donc, l'intimité est un acte volontaire, un choix, contrairement à la solitude qui est imposée (absence de choix). L'intimité participe à la préservation de Soi, car elle régule la distance aux autres. Elle est donc facteur de bien être...

L'intimité s'exprimant toujours sur un territoire donné, elle dialogue de fait avec la densité spatiale.

Comment dès lors ne pas tenir compte de l'Espace Personnel pour mieux comprendre les comportements ?

Cette partie de l'espace physique qui se déplace avec la personne, cette bulle, est en fait une zone tampon très importante, chargée émotionnellement qui a une vraie fonction de protection.

Donc en situation de forte densité, l'espace personnel est menacé et cela peut favoriser l'occurrence de comportements d'évitement voire de réaction au stress.

D'où la nécessité d'évaluer le Crowding pour rester arrimer à la réalité sociale.

Et là, nous nous retrouvons face à un paradoxe de taille, car il est impératif que les villes soient denses pour qu'elles soient des lieux de socialisation, d'échanges et de partage culturel...

En Martinique, nous pouvons observer la forte concentration de population sur le Centre de l'île, faisant de ces villes des espaces sociofuges, des pôles d'attraction, poumon économique et social.

Donc d'un côté, la forte densité est facteur de stress et de l'autre, elle créée les conditions de l'unité, voire de la santé urbaine.

Si c'est le bien-être des populations qui est réellement visé (et son cortège d'effets positifs durables), alors il convient d'aller au-delà de l'indicateur chiffré démographique et prendre le risque de rencontrer l'autre.

Notre forte densité spatiale doit nous inviter à mener les réflexions qui s'imposent à nous, à l'aube du changement institutionnel majeur ; réflexions qui, pour le coup, gagneraient à être ....... Denses !!!!

Djibril BANE
Psychologue Social Environnementaliste

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 12/05/2015

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK