Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Poisson-lion : l’invasion contenue ?

Poisson-lion : l’invasion contenue ?

Quatre ans après son premier signalement, en février 2011, le poisson- lion a colonisé toutes les côtes de la Martinique, avec la même facilité que le reste de la Caraïbe. Pourtant, une guerre sans merci a été lancée, au niveau international, contre cette espèce invasive et vorace originaire du Pacifique.

Présenté comme l'ennemi aquatique n°1, le poisson lion est au centre d'une traque impitoyable dans tout l'archipel. Fey Magazine fait le point sur le front martiniquais des combats...

Poisson lion photoLes forces en présence

Avant même son arrivée dans les eaux martiniquaises, le poisson lion était attendu de pied ferme par les spécialistes locaux du milieu marin, déjà bien décidés à lui mener la vie dure... Le mot d'ordre de guerre a été lancé en 2010 par le Comité Régional contre le poisson lion. Rassemblant les experts de toutes les Amériques, le Regional Lionfish Committee avait conclu que le rythme ultra rapide de progression du poisson invasif justifiait une chasse systématique.

Venimeux et vorace

Depuis ses premiers signalements vers les côtes de la Floride dans les années 1980, la rascasse volante a colonisé toute la côte Atlantique des Amériques de New York jusqu'au Venezuela, en passant par le Golfe du Mexique et le bassin Caraïbe. La source de ce peuplement n'a pas été clairement identifiée, mais les spécialistes soupçonnent l'action conjuguée d'amateurs d'aquariums qui auraient relâché des individus dans la nature...

Le poisson est spectaculaire. Il est rayé, doté de nageoires longues et nombreuses qui lui donnent un côté majestueux, mais il a deux inconvénients majeurs : il est venimeux et vorace. Sa piqûre est très douloureuse pour l'homme et son goût prononcé pour les juvéniles de poissons et de crustacés en fait un sérieux danger pour l'équilibre des écosystèmes et de la biodiversité. De plus, en l'absence de prédateur naturel, il prolifère très rapidement en Caraïbe.

Poisson lion mure neAutorisations de tuer

Depuis 4 ans en Martinique, les plongeurs sous-marins sont en première ligne dans cette guerre. « C'est bien simple », commente ironiquement Claude, amateur de la discipline, « tout ce que la Martinique compte comme protecteurs du milieu marin, s'est transformé du jour au lendemain en tueur de poissons lions... »

Les clubs sportifs ont été armés par la DEAL (Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement) qui a livré des kits pour mener la chasse. Ils contiennent une pique, tendue par un élastique, et un récipient pour transporter les prises sans risque de contact.

Fait exceptionnel : la traque des poissons lions est autorisée même à des plongeurs équipés de bouteilles, sous réserve qu'ils soient inscrits sur une liste préfectorale qui compte aujourd'hui 220 noms. L'activité pourrait devenir une attraction martiniquaise labellisée par la Fédération nationale sportive de plongée sous-marine.

Les marins pêcheurs sont aussi sur le front. Après la méfiance face à ce nouveau venu, des opérations commerciales en 2014 ont fait connaître à la clientèle la chair délicate et savoureuse de l'animal. Une demande est née. Le poisson lion devient une ressource pour les pêcheurs et pour les restaurateurs. En apnée, tous les chasseurs sous-marins sont invités à participer au festin.

Capture poisson lionMoins de signalements

« Nous n'espérons pas éradiquer l'espèce, ce serait illusoire » conclue Fabien Védie, chargé du milieu marin à la DEAL, « mais nous essayons de contenir cette invasion ». La guerre totale semble porter ses fruits. « Depuis un an, on voit beaucoup moins de poissons lions » affirme Damien Welschienger, responsable du club de plongée Histoire d'Air. « Nous allons régulièrement aux Anses d'Arlet et dans le Nord Caraïbe. Il y a un an encore, on observait 30 à 40 individus à chaque plongée. Aujourd'hui la moyenne est descendue à moins d'une quinzaine sur des sites sur lesquels nous intervenons tous les mois ».

Pour confirmer cet optimisme, une étude scientifique sur le peuplement de l'espèce, démarre à Case-Pilote (voir papier ci-contre).

L. M-H

Lire également
Poisson-lion à la loupe
Prédateurs : l'espoir naturel

Commentaires (1)

1. Poisson-lion (site web) 27/05/2015

Très bon article. Bon résumé de la situation.
Rendez-vous sur ma page pour en savoir plus.
www.facebook.com/mangezdupoissonlion.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 12/05/2016

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK