Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Ségolène Royal : « la Martinique est à la pointe »

Ségolène Royal : « la Martinique est à la pointe »/ITW

Pour réduire notre impact sur le réchauffement climatique, la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte a été promulguée au mois d’août. Quels changements et quels enjeux pour la Martinique ? Fey Magazine a posé la question à l’auteure du projet de loi, la ministre de l’environnement. Ségolène Royal a bien voulu nous répondre.

SegoleneFey : Dans la loi sur la Transition énergétique qui a été promulguée en août, quels sont les enjeux pour les Outremer ?

Ségolène Royal :
Les Outremer sont au cœur de la transition énergétique car ils recèlent un formidable potentiel de déploiement des énergies renouvelables : fort ensoleillement, ressources en biomasse, en géothermie, etc. Ils sont par ailleurs confrontés au problème de l’énergie chère. C’est une raison pour y développer, encore plus vite qu’ailleurs, des solutions intelligentes de gestion de l’énergie pour réduire les factures.

Pour les Outremer, la transition énergétique est une nécessité et un atout. Elle permet de réduire la dépendance aux énergies fossiles. Les importations d’hydrocarbures et de charbon vont être remplacées par des investissements dans les énergies renouvelables, les réseaux intelligents et les systèmes de stockage, et donc par des emplois locaux durables et qualifiés. C’est pour cela que la loi de transition énergétique fixe un objectif d’autonomie énergétique à l’horizon 2030.

Fey : Comment voyez-vous la position de la Martinique face à ces enjeux ?

S. R. :
La Martinique est à la pointe. Elle innove avec le projet NEMO, qui exploite l’énergie thermique des mers pour produire de l’électricité verte. C’est une première mondiale qui ouvre la possibilité de conquérir des marchés à l’export et qui fait de la Martinique une vitrine technologique.

Au cours de mon dernier déplacement en Martinique en mai dernier, j’ai signé avec le Conseil régional une convention « Martinique île durable, territoire à énergie positive », qui décline un programme d’actions ambitieux, qui couvre tous les champs de la transition énergétique et écologique, de la baisse de la consommation d’énergie aux transports propres, en passant par l’économie circulaire, les énergies renouvelables et la préservation de la biodiversité. Je compte sur la mobilisation de tous : entreprises, citoyens pour y contribuer et placer la Martinique sur le chemin de la croissance verte.

Fey : En cette période de rentrée scolaire, en quoi les écoles peuvent-elles être, selon vous, utiles pour transmettre une éducation à l’environnement ?

S. R. :
Les établissements scolaires sont des communautés de vie quotidienne, d’apprentissage et d’exercice de la citoyenneté. L’éducation à l’environnement et au développement durable doit y prendre toute sa place. La mission des établissements est tout à fait essentielle pour aider les nouvelles générations à comprendre les évolutions du monde, ainsi que les liens et interactions entre le monde physique et le monde vivant, la biodiversité, si riche en Martinique, et l’humanité.

Fey : Comment entendez-vous développer cette éducation ?

S. R. : Je souhaite que l’école, le collège ou le lycée offrent des terrains, concrets, d’expérimentation active de la transition écologique et de la découverte de la biodiversité, telle qu’elle doit se faire au quotidien.
C’est pourquoi j’ai présenté avec la Ministre de l’Éducation nationale, les actions d’éducation à l’environnement et au développement durable, en particulier l’opération « une école, un coin nature ». Les écoles de Martinique pourraient par exemple se mobiliser contre le gaspillage alimentaire ou pour des activités de compostage, en développant des coins-nature. Ces aménagements d’un coin favorable à la nature dans l’établissement scolaire sont souvent la finalité d’un travail d’éducation à la biodiversité mené par un enseignant avec sa classe. Créer un « coin nature » dans l’école, c’est privilégier et recréer un contact direct, simple mais permanent entre l’enfant et la nature.

Propos recueillis par Laure MARTIN-HERNANDEZ

Lire aussi
Exploitation de la houle : un ingénieur guadeloupéen développe un projet

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 06/10/2015

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK