Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Un séminaire sur l’agriculture biologique

Un séminaire sur l’agriculture biologique

Le premier séminaire sur l’agriculture biologique en Martinique se tient à la Chambre d’agriculture le 30 septembre. C’est le signe d’un intérêt institutionnel pour une filière qui peine encore à démarrer...

Champ tisgraLa Martinique compte aujourd’hui 41 producteurs agricoles biologiques, certifiés ou en cours de conversion. Ils ont choisi de ne pas utiliser de pesticides ou d’engrais chimiques, préférant des amendements plus naturels, et ils subissent les contrôles des organismes certificateurs. C’est la condition obligatoire pour pouvoir revendiquer le label vert « AB ».

« En terme de nombre d’exploitants bio, le bio progresse lentement en Martinique » explique Jean-Marc Justine, en charge de la filière pour la Chambre d’agriculture, « mais en terme de surface, nous assistons à une augmentation plus nette depuis 5 ans. »

Leon tisgraDe nouveaux producteurs sur le marché

À côté des producteurs martiniquais bio et militants de la première heure, souvent installés sur des petites parcelles, des exploitations plus grandes ont été créées ces dernières années. « Depuis 2014, une banane martiniquaise bio a été certifiée. Il s’en produit 300 tonnes par an » précise Jean-Marc Justine. « Et puis on a vu aussi la création de grands vergers arboricoles ». Des groupes békés commencent à y croire…

Les producteurs bio sont aujourd’hui regroupés dans trois structures : deux associations (l’Association des Fermiers et Producteurs Bio de la Martinique, l’AFPBM, et Paysan bio Matinik) et une coopérative (Madinina Coop). « Après des années où la situation était compliquée dans la filière, aujourd’hui elle est mieux organisée » se félicite Jean-Marc Justine, « c’est ce message nous voulons lancer : les agriculteurs biologiques de la Martinique sont maintenant prêts à relever les défis ! »

Marge de progression

À Paris, un « plan ambition bio 2017 » a prévu de doubler les surfaces agricoles biologiques par rapport à 2012. En Martinique, la production reste très modeste. Elle est anecdotique par rapport aux volumes de l’agriculture conventionnelle, « moins de 1% » estime Jean-Marc Justine, alors qu’au niveau national, le bio représente 4,6% des surfaces agricoles. La marge de progression paraît importante. D’autant plus que les consommateurs martiniquais eux semblent prêts. Le succès des marchés bio et des paniers de légumes le démontre chaque semaine.

Laure MARTIN-HERNANDEZ pour Fey 31/sept-oct. 2015

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 22/10/2015

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK