Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Ces pionniers méconnus du naturalisme dans la Caraïbe

Amuseum mae l renaultCes pionniers méconnus du naturalisme dans la Caraïbe

À Saint-Martin, l’association Les Fruits de Mer a présenté en mars une exposition pour rappeler la mémoire d’hommes et de femmes qui ont fait avancer la connaissance naturaliste sur la Caraïbe. L’accent était mis sur des femmes, des Amérindiens et des Afro-descendants souvent oubliés de la mémoire collective. La présidente de l’association, Jennifer Yerkes a mené des recherches. Elle nous présente deux de ces précurseurs du naturalisme…

MerianMaria Sibylla Merian :
peintre, naturaliste
et voyageuse

(1647-1717)

Maria Sibylla Merian était une artiste scientifique phénoménale, une exploratrice intrépide, et une entomologiste pionnière. Elle naît en Allemagne en 1647 d'une famille de peintres qui encouragent son talent. Dès son enfance, elle développe une passion pour les insectes et commence à dessiner des spécimens vivants qu'elle attrape elle-même.

Merian fut la première personne à illustrer la métamorphose et les cycles de vie des insectes, capturant ces processus pour plus de 186 insectes avec des illustrations glorieuses. Elle publie quatre volumes sur les fleurs, les insectes, et les papillons.

Illustrations of the birds of jamaica 19936248288Après un mariage qui se solde par un divorce, elle déménage à Amsterdam, où elle gagne sa vie et celle de ses deux filles grâce à sa peinture. Là, elle tombe sur les cabinets de curiosités de l'élite de la ville, remplis d'insectes inouïs venus du “Nouveau Monde”. Brûlée par la curiosité de les étudier dans leur milieu naturel, elle devient l'une des premières femmes à mener une expédition scientifique.

En 1699, Merian vend presque tout ce qu’elle possède et se rend au Surinam. Elle a 52 ans. Elle part accompagnée seulement de sa fille de 21 ans. Elle se rend dans la forêt profonde pour observer et peindre les insectes, les animaux, et les plantes directement dans leurs habitats. Elle est probablement la première personne européenne à explorer la canopée neotropicale. Elle recueille les connaissances Amérindiennes et Africaines sur les plantes et les insectes. Avant la crise terrible de malaria qui force son retour à Amsterdam, elle remplit plusieurs malles de spécimens incroyables, d’observations scientifiques, et de peintures.

À son retour, Merian utilise ce matériau unique pour créer le magnifique et révolutionnaire livre “Metamorphosis Insectorum Surinamensium”, publié en 1705. Elle devient une célébrité dans les milieux naturaliste. Son travail est marquant au niveau scientifique. Le célèbre Linné s’est reposé sur les illlustrations détaillées de Mérian pour decrier des espèces, et la classification des papillons qu’elle avait faite, est toujours d’actualité aujourd’hui. 

Pour Magazine Fey n°32/ mars/avril 16
Dsc 0113-Jennifer YerkesJennifer Yerkes
Présidente, Association Les Fruits de Mer/
Co-conservatrice, Amuseum Naturalis



Crédits photos : Portrait de M. S. Meria/ Deutsche Bundesbank.
Metamorphosis Insectorum Surinamensium, Amsterdam: Maria Sibylla Merian et Gérard Valck, 1705./Biodiversity Heritage Library et Smithsonian Bibliothèques.

Richard hillRichard Hill :
scientifique et
abolitionniste

(1795-1872)

Richard Hill était un naturaliste, un artiste scientifique accompli et un anti-esclavagiste actif.

Il naît en Jamaïque en 1795. Sa mere est une femme d'origine africaine et indienne d'Asie. Son père était un riche marchand anglais résolument opposé à l'esclavage. À l'âge de 5 ans, Hill part en Angleterre pour son education. Il developpe sa passion pour l'histoire naturelle.

Boa 1Sur son lit de mort, le père de Hill lui demande de se consacrer à la lutte pour la liberté. Le jeune Hill sillonne l'Atlantique durant les 16 années suivantes pour tenir sa promesse, luttant pour l'abolition jusqu'à l'émancipation en 1834.

À son retour en Jamaïque, Hill met en oeuvre ses talents de naturaliste. Il publie de nombreux articles dans des revues scientifiques internationales, ansi que des livres, y compris “Les Oiseaux de la Jamaïque” en 1847 et “Le Séjour d'un Naturaliste en Jamaïque” en 1851, deux ouvrages qu'il co-signe avec le naturaliste anglais Philip Henry Gosse. Les deux hommes se rencontrent en Jamaïque, et commencent une intense collaboration scientifique et une amitié pour la vie. Après le retour de Gosse en Angleterre, Hill envoie outre-Atlantique des specimens, des illustrations détaillées et des recherches sur le terrain. La publication de “Oiseaux” est retardée parce que chaque page est transportée en bateau à Spanish Town pour être révisée par Hill.

Hill maintient des communications avec les scientifiques du monde entier, leur envoyant une grande variété de spécimens antillais, des dessins zoologiques et des données. Charles Darwin fait partie de ses relations et reconnaît l’apport scientifique de Hill dans son propre travail.

Hill est cité comme une autorité dans les cercles et revues scientifiques dans les Caraïbes, en Europe et en Amérique. Il est membre de quelques-unes des sociétés scientifiques de premier plan, y compris la Smithsonian Institution et la Société Zoologique de Londres. Quatre oiseaux, et deux poisons sont nommés par lui. Quatre mollusques, deux poissons, et un oiseau sont nommés en son honneur. Il est considéré comme le premier naturaliste résident permanent de la Jamaïque.

Jennifer Yerkes
pour Magazine Fey n°32/ mars/avril 16


Crédits photos : Self-portrait in pencil/ History Gallery
Trochilus Maria, plate/ XXII in Gosse, P. Henry,
Illus. the Birds of Jamaica. London : J. Van Voorst, 1849.  R.Hill.

 

Eaf poster2015 frFestival de la faune sauvage endémique

Saint-Martin célèbre le 24 avril son patrimoine naturel. L’association les Fruits de la Mer organise un festival de la faune endémique, à
St. Maarten Zoo.

Renseignements : http://www.lesfruitsdemer.com/events/endemic-animal-festival/ 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 03/06/2016

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK