Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

La géothermie au cœur de la transition énergétique : avancement des explorations dans la Caraïbe et en Martinique

La géothermie au cœur de la transition énergétique : avancement des explorations dans la Caraïbe et en Martinique

Le contexte géologique des Petites Antilles est particulièrement favorable à la présence de ressources géothermiques renouvelables permettant de produire une énergie (essentiellement électrique) respectueuse de l’environnement.

La subduction 1Ce potentiel s’explique par un volcanisme très actif dans tout l’arc antillais dû à la subduction ou glissement de la plaque océanique atlantique sous la plaque caraïbe. L’eau de pluie et l’eau de mer s’infiltrent dans le sous-sol et sont portées, en profondeur, à hautes températures par des sources de chaleur d’origine magmatique. La transformation de cette eau chaude en vapeur fait ainsi tourner des turbines pour produire de l’électricité.



Representation schematique de la geothermie haute energie/ brgmLes prospections dans la Caraïbe

En dehors de Bouillante en Guadeloupe où une ressource est connue et exploitée, les reconnaissances menées dans la plupart des iles des petites Antilles, y compris les forages réalisés sur certaines d’entre elles, ont montré qu’un véritable potentiel existait sous nos pieds.

Sur l’île de Nevis, des forages réalisés en 2008 entre 780 et 1100 m de profondeur ont révélé des températures de 225°C et un potentiel de 45 MW correspondant aux besoins de Saint Kitts et Nevis. En Dominique, 3 forages d’explorations de 1500 m de profondeur ont été réalisés en 2012 sur le site de Woten-Waven, suite aux prospections géophysiques réalisées par le BRGM entre 2007 et 2008, et des températures de 235°C ont été mesurées. Ici aussi, la construction d’une usine géothermique est envisagée pour une production de 15 MW correspondant aux besoins de l’île. A Montserrat, en 2013 des températures de 298°C ont été mise en évidence à 2300 m de profondeur et la construction d’une usine de production de 5 MW est prévue en 2016-2017, permettant de répondre à l’ensemble des besoins énergétiques de l’île. En Guadeloupe, l’usine géothermique de Bouillante est la seule usine géothermique de la Caraïbe. Sa capacité actuelle est d’environ 15 MW et elle assure 4 à 6 % de la production d’électricité de Guadeloupe. Des ressources supplémentaires sont probables et permettraient d’envisager une augmentation de la production. Enfin, dans quelques autres îles, comme à Saba, Saint-Vincent, Grenade ou Sainte Lucie, des prospections sont en cours ou programmées dans les années à venir, préalable nécessaire à la réalisation de forages de reconnaissances.

Source thermale de petite anse/BRGMLes prospections en Martinique

Contrairement à la Dominique, constituée de 9 volcans actifs avec de nombreuses manifestions de surface (sources chaudes, fumerolles, lac « bouillant », ...) qui contribuent à l’attrait et à la valorisation touristique de l’île, les indices géothermiques de surface sont relativement limités en Martinique.

Des reconnaissances géologiques ont été réalisées par le passé et la dernière campagne d’exploration géologique « haute énergie » (destinée à la production d’électricité) s’est achevée fin 2014. Ces recherches, financées par le FEDER, l’ADEME, la Région Martinique, le SMEM et le BRGM ont permis d’identifier deux secteurs présentant les indices de la présence d’une ressource exploitable. Au niveau de la Montagne Pelée,  une source de chaleur, d'une température estimée à 800°C, est suspectée vers 5 km de profondeur. Au moins deux réservoirs se distingueraient à  partir de 2 km de profondeur sur son flanc ouest, avec des températures allant de 155 à 200°C. La commune des Anses d’Arlets présente aussi une activité géothermique au niveau de Petite Anse avec une source de chaleur formée par un corps magmatique remontant à moins d’un kilomètre de profondeur jouxtant un réservoir dont les températures seraient comprises entre 190 et 210°C. En revanche, malgré la présence de sources thermales et d’émissions de gaz, aucun réservoir géothermique significatif n’a été mis en évidence sur secteur des pitons du Carbet.

Source thermale de la lezarde lamentinL’exploration du potentiel géothermique de "basse énergie" (températures de l’ordre de 90°C), financée par l'ADEME, le SMEM et le BRGM, avec des recherches sur le nord de la plaine du Lamentin se poursuit jusqu’à mi-2017. Ces températures pourraient répondre à un besoin du secteur industriel avec un usage direct de la chaleur ou encore pour de la production de froid. L’objectif de l’exploration en cours est de comprendre comment et où circulent les fluides alimentant les sources thermales observées à proximité de l’aéroport et d’identifier la source de chaleur associée.

La prochaine étape devra être, dans les années à venir, la réalisation de forages d’exploration afin de reconnaitre et d'évaluer la température et la productivité de ces différents réservoirs. Cette reconnaissance directe par forage sera décisive pour définir et quantifier la contribution de la géothermie au mix énergétique de la Martinique, à son indépendance énergétique et à la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre.

Benoit Vittecoq et Anne-Lise Tailame

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 04/08/2016

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK