Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Bouturage de corail en Martinique

Bouturage de corail en Martinique

Dans le Sud Caraïbe, les tentatives de réintroduction de corail par bouturage se poursuivent. L'ASSO-MER, qui participe aux opérations, livre un compte-rendu pour Fey Magazine.

Bouture de corail

Entretien des boutures sur un des « arbres » de la pépinière par les plongeurs de L’ASSO-MER (Photo Gwenaël QUENETTE, L’ASSO-MER)

Les populations de corail corne de cerf (Acropora cervicornis) et corail corne d’élan (A. palmata) ont considérablement diminué dans les eaux côtières de la Martinique ces dernières décennies. Ces deux espèces, classées en danger critique d’extinction (liste rouge de l’UICN) et protégées depuis le 25 avril 2017, jouent un rôle majeur dans l’édification des récifs coralliens de la Caraïbe. Elles offrent une zone de refuge pour les juvéniles de poissons, constituent un habitat pour de nombreux invertébrés (crustacés, mollusques, etc.) et jouent un rôle important dans la protection côtière, le tourisme balnéaire et les pêcheries artisanales.

Une pépinière de corail

Face à ce constat alarmant, la Direction de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement de Martinique (DEAL) a initié en 2015 un projet de restauration de ces deux espèces sur la côte Caraïbe. Quelques échantillons de plusieurs colonies de corail ont été prélevées dans le milieu naturel puis mis en « culture » dans une pépinière dédiée. Les installations situées actuellement sur un site du Diamant, se composent de 5 structures en « arbre » sur lesquelles sont suspendues les boutures. Ces jeunes colonies peuvent ainsi se développer rapidement et être fragmentées à leur tour pour donner de nouvelles boutures et ainsi de suite. L’entretien des arbres et la gestion du stock de boutures assurée par l’association « L'ASSO-MER » a permis d’obtenir des résultats très prometteurs. Grâce à l’implication et à la volonté de ses nombreux bénévoles, le nombre de boutures dépasse aujourd’hui les 300 !

Implantation en milieu naturel

Au vu de ce succès, les boutures seront prochainement transférées sur les récifs de Sainte-Luce pour poursuivre leur multiplication et leur réimplantation en partenariat avec des clubs de plongée du secteur. Une fois réintroduits sur le récif, les jeunes coraux pourront naturellement se développer et reprendre leur rôle dans l’écosystème corallien.

Acropora palmata

Corail corne d’élan dans le milieu naturel (Acropora palmata) (Photo Fabien VEDIE)

Ce nouveau projet, permettra de réintroduire les deux espèces dans des zones où elles étaient autrefois très abondantes, mais ce n’est en aucun cas la solution à la disparition des coraux ! Si les populations originelles ont presque disparu, c’est en grande partie à cause d’une bactérie d’origine humaine liée à une mauvaise qualité des eaux (assainissement domestique insuffisant). Et les menaces qui pèsent sur les coraux de Martinique sont nombreuses, du réchauffement climatique aux rejets directs d’eau usées. Par nos actes, de l’échelle collective à l’individu, nous sommes tous garants de leur avenir.

ASSO-MER pour Fey /Spécial 10 Ans

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 20/12/2017

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK