Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Glyphosate : toujours plus sur la Martinique…

Glyphoste web

Glyphosate : toujours plus sur la Martinique…

Dans son N°30, en juillet 2015, Fey Magazine évoquait le cas du glyphosate. Cette molécule herbicide, « best seller » du géant américain de l’agrochimie Monsanto, venait alors d’être caractérisée de « cancérogène probable » par le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer, lié à l’Organisation mondiale de la santé).

L’article de Fey intitulé « Herbicides : n’en jetez plus ! » constatait l’importance des ventes en Martinique de ce poison potentiel. Les derniers chiffres disponibles concernaient alors les années 2009, 2010 et 2011 et faisaient part de 90 tonnes de glyphosate vendues à des particuliers, des collectivités ou des agriculteurs en Martinique pendant ces trois années.

Depuis, le glyphosate, retrouvé dans la plupart des cours d’eau du monde, a été l’objet de nombreuses polémiques. Vendu sous la marque « Round up », il a même été au centre d’un procès symbolique de son créateur, l’industriel états-unien Monsanto en octobre 2016 à la Hague. Agriculteurs, scientifiques, activistes ont plaidé et obtenu que le groupe soit symboliquement reconnu coupable de crime contre l’humanité et d’écocide. Plus récemment, en octobre, les débats ont été nourris à Bruxelles entre les États membres et entre les parlementaires à propos du renouvellement de l’autorisation de la molécule en Europe. Une pétition demandant son interdiction totale a rassemblé 1,3 millions de signatures.

42% des pesticides

Mais l’effet de ces débats ne se mesure pas encore dans les statistiques martiniquaises. La dernière enquête de l’Office De l’Eau sur « Les pesticides et les cours d’eau » montre même que le glyphosate est de plus en plus utilisé en Martinique. En 2015, sa présence avait été décelée 200 fois dans des analyses d’eau de rivières. En 2016, le nombre est passé à 223 contaminations constatées. La molécule est désormais présente dans deux échantillons prélevés sur trois. Elle est la plus fréquente, après la chlordécone. De plus, la concentration moyenne du produit augmente. Elle a doublé entre 2015 et 2016. Comme dans le reste du monde, la molécule de Monsanto est le pesticide le plus utilisé. À lui seul, présent dans une quarantaine de références commerciales, le glyphosate représente 42% des ventes de produits phytosanitaires en Martinique et depuis 2012, les volumes augmentent régulièrement.

Cette situation devrait évoluer dans un avenir proche. Depuis le 1er janvier, les collectivités locales (mairies, communautés d’agglomération…) n’ont plus le droit d’utiliser des pesticides. Si le cap politique est maintenu, le premier janvier 2019, les particuliers devront à leur tour se passer des désherbants et des fongicides. Pour les agriculteurs en revanche, c’est plus compliqué. Des intérêts énormes sont en jeu…

Laure Martin-Hernandez

 

 

Ajouter un commentaire
 

Date de dernière mise à jour : 18/12/2017

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK