Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Catastrophes naturelles : soigner l’invisible

Catastrophes naturelles : soigner l’invisible

Le bilan catastrophique des ouragans majeurs ne se mesure pas seulement en terme de pertes matérielles et de dégâts sur l’environnement. Les cyclones ont crée des traumatismes parmi la population, qui méritent d’être pris en compte, sous peine d’engendrer des coûts dans les mois et les années à venir. Face à ce constat, la Caraïbe commence à s’organiser.

En avril, une vingtaine de psychiatres, psychologues, infirmiers et écoutants, venus de toutes les Antilles françaises, de Guyane et de l’hexagone (Lille, Paris et Clermont-Ferrand) ont participé à trois jours de formation en Martinique dédiée à la thérapie d’exposition prolongée aux souvenirs traumatiques. 

Ces professionnels constituent le réseau Karib Trauma, né, en Martinique, en janvier à la suite des expériences des cyclones Maria et Irma sur Saint-Martin et Saint-Barthélémy. Chapeauté par le professeur en psychiatrie du CHUM, Louis Jehel, et l’association martiniquaise SOS Kriz, le réseau constitue une équipe de professionnels volontaires pour intervenir sur place ou à distance auprès des caribéens touchés. 

Télémédecine

Les interventions auprès des habitants de Saint-Martin et de Saint-Barthélémy continuent sur place mais aussi grâce à une plateforme téléphonique gratuite assurée en Martinique. Les personnes qui souffrent des suites du traumatisme du cyclone peuvent appeler et être réorientées au besoin vers des professionnels de l’écoute et de la prise en charge. Grâce aux techniques de la télémédecine, des séances se tiennent à distance avec la Martinique mais aussi avec l’hexagone.

Un enjeu économique

La nécessité d’une prise en charge psychologique voire psychiatrique est aussi évoquée dans les îles indépendantes. En mars dernier, la Banque Caribéenne de Développement (CDB), basée à la Barbade, a annoncé qu’elle allait financer un programme d’aide au soutien psychologique et à la santé mentale mené par l’Organisation panaméricaine de la santé (PAHO). Cinq îles caribéennes seront choisies pendant un an, y compris certaines qui ont été touchées par Irma et Maria. 

Objectif du programme : améliorer la préparation psychologique de la population à l’éventualité de catastrophes, et atténuer les conséquences des évènements passés. 

« Nous avons remarqué combien les sentiments d’anxiété et de stress, nés de l’incapacité à tolérer les dégâts environnementaux et les menaces sociales, peuvent amener des comportements comme des addictions, des maltraitances des enfants et des épouses, ou des violences sur les femmes. Tout ceci peut avoir des impacts négatifs à long terme sur les victimes et donc sur le développement économiques des îles » a commenté Daniel Best, de la CBD. 

L’enjeu pour la Caraïbe est donc économique, et on le sait, il est grandissant. De nombreux indicateurs sont dans le rouge. Le changement climatique, pour notre archipel, annonce des cyclones de plus en plus violents, des sécheresses prolongées alternant avec des pluies intenses, une élévation du niveau de la mer etc, etc… 

LMH

 

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK