Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Pollens et moisissures dans les allergies respiratoires

Pollens et moisissures dans les allergies respiratoires

12% des adolescents antillais sont asthmatiques contre 8% de ceux de l’hexagone. Un contraste relevé par l’ANSES (Agence nationale de la sécurité sanitaire) qui a été sollicitée pour réaliser une étude sur l’impact sanitaire des pollens et des moisissures allergisants de l’air ambiant sur la santé des populations des outre-mer.

L’ANSES a été saisie par le ministère de l’écologie, alerté par le nombre plus important de personnes affectées par des troubles respiratoires (rhinite, asthme…) dans les collectivités d’outre-mer.

Sur les pollens, plusieurs espèces présentes en Martinique sont citées comme étant potentiellement allergisantes : la marguerite commune, le filao, l’amarante, les carex, l’acacia, le manguier ou la canne à sucre… Leurs pollens peuvent provoquer des irritations du nez et des yeux, à la manière du rhume des foins.

Quant aux moisissures, il s’agit de champignons qu’on trouve sur les murs intérieurs et extérieurs des maisons, autour des fenêtres, et sur des plafonds, dans des zones humides et mal ventilées. Ils constituent des taches noires qui peuvent provoquer des réactions allergiques, des crises d’asthme, de conjonctivite et des problèmes d’urticaire.

Madininair, l’observatoire martiniquais de l’air, s’est dit favorable à mener ce type d’étude. En isolant l’effet des allergisants naturels, les résultats permettront également de mieux connaître la responsabilité des autres facteurs de pollution de l’air, et notamment de la brume des sables, des pots d’échappement ou des centrales thermiques…

Ajouter un commentaire
 

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK