Le magazine Fey ne bénéficie d'aucune subvention. "An nou fey'ensemb"

Tribune libre de Fey

Bienvenue aux lecteurs du magazine Fey... Tribune Libre...

Partageons nos expériences sur le site également, exprimons-nous ci-dessous !
Le magazine papier et cette rubrique sont à votre disposition. Ecrivez-nous !


 

Commentaires (18)

1. feyenvironnementmagazine (site web) 04/04/2015

Merci Marie-Hélène de votre intérêt pour le magazine, re bienvenue !!
Pas de problème, nous prenons en compte votre correction... N'hésitez pas à nous signaler d'autres changements si vous le désirez !!
Bonne lecture.. an nou fey !!

2. Marie-Hélène BOUTON 04/04/2015

Bonjour, je reviens dans votre site et retrouve avec plaisir les différents textes et sujets.

Pourrais-je demander une petite correction dans mon mot N° 13 du 22/04/2010 ci-dessus, s'il vous plaît : au lieu d'angles à 45 cm je voudrais que soit indiqué (évidemment) 45 °.

Je ne me suis pas rendue compte sur le moment.

Merci de votre aide et compréhension.

Marie-Hélène BOUTON

3. BROWN 27/01/2013

Bravo à "Fey"
Des articles de bonne qualité avec de vraies bonnes questions qui nous permettent d'avoir un autre regard sur ce qui nous entoure....., sur nos actions et de nous situer
Respect

4. feyenvironnementmagazine (site web) 03/01/2013

Bonsoir, merci de l'intérêt que vous portez au site du magazine Fey.
Nous vous proposons de nous l'expédier au préalable sur l'adresse email de Fey
feyjournal.gratuit@orange.fr , nous l'éditerons. Merci.

Cordialement
Ketty

5. mabirot 29/12/2012

je voulais faire partager un image prise sur internet, et l'éditer sur Fey. Comment amener cette image ici.
Marci d'avance

6. Marilyn Ravier 26/09/2012

Bonjour,
Pourriez vous m'indiquer où déposer les publicités papiers des boites aux lettres ?
D'autre part, la collecte des bouchons en plastique est elle toujours pratiquée ?
Merci pour votre journal. Salutations. Marilyn Ravier

Félicitations et merci pour votre journal; je compte y puiser largement de quoi alimenter mes cours d'ECJS ou d'EDD§
A bientôt. IRIS
http://www.sous-les-cocotiers.com/location_martinique/ref222/index.htm

7. rose 26/09/2012

un petit tour sous l eau pour se détendre masque palmes tuba quel dommage de constater l'etat des fonds ou s'alignent de nombreuses canettes de biere et déchets après le tour des yoles .... le nettoyage des plages des étapes n'est surement pas prévu après le passage des bateaux ? pas cool [center][/center]

8. bessard (site web) 13/09/2012

Merci pour ce numéro .J'apprécie la clarté des propos, la lisibilité et la qualité des articles.Belle couverture.

La poule à la maison OUI mis pas le coq(surtout en zone urbaine).
A quand un numéro sur la pollution sonore?

Julie Bessard

9. Chantal Charron 10/06/2012

A l'équipe de Fey.
FELICITATIONS pour le tout dernier magazine de Fey (N°17) avec ses 12 pages, tant pour son contenu toujours aussi instructif ( J'ai adoré particulièrement les info sur le crapaud buffle, la poule à la maison et la problématique du "nimby")
que pour l'originalité de sa mise en page et la qualité de la conception graphique. Merci !

10. P.Hermey 02/12/2011

HALTE A L'ASSASSINAT DE LA MARTINIQUE. TROP C'EST
TROP!
Un référendum le 7 novembre dernier à la Martinique sur l'épandage aérien sur les bananeraies...On en est encore là malgré les nombreuses réglementations prises dont l'une des plus récentes est l'arrêté du 31 mai 2011 qui a interdit cette pratique.Les polémiques continuent d'opposer partisans , détracteurs et sans opinion précise. Ainsi, les importateurs de produits phytosanitaires gagnent du terrain et continuent à s'enrichir sur le dos de la Martinique et des Martiniquais.

Jusqu'en 1951,la lutte contre le charençon des bananiers reposait sur le piégeage et la destruction de cet insecte.Ces procédés ont été vite remplacés à la fin des années soixante par l'emploi de pesticides dont le chlordécone, déjà pourtant suspecté dans la contamination des sols et des milieux aquatiques.

Certes, les planteurs doivent encore lutter contre deux champignons , la cercosporiose jaune et noire qui envahissent les bananeraies du monde entier.Les efforts qui ont été faits par le passé, en remplaçant les avions par des hélicoptères pour répandre des produits soi-disant" mieux connus comme l'huile minérale agricole, les fongicides autorisés une fois sur deux à hauteur de 500 grammes de matière active par hectare et par an" n'ont pas été la solution miracle pour sauver la banane martiniquaise .

Il n'est pas seulement question de bananes.Il est question d'êtres humains touchés dans leur santé, dans leur vie, contaminés par les pollutions agricoles ,industrielles . Tout l'environnement du pays est atteint aussi bien que par les pollutions domestiques.

Nous sommes tous responsables!
L'île aux fleurs... c'est du passé.

11. Yannick 10/03/2011

Bonjour
félicitation pour votre magazine, je profite de celui ci pour annoncer qu'une nouvelle assocoation d'éducation à l'environnement est née dans le nord Atlantique à Trinité: Educenvi aux objectif de sensibiliser, éduquer, former, responsabiliser les différents publics à l'environnement, au patrimoine et au développement durable. Mais aussi d'accompagner et participer aux projets locaux de développement durable.

Nous espérons faire rapidement des actions en faveur de l'environnement comme des opérations de ramassage de batteries, de déchets ... et des sensibilisation garnd public et en milieu scolaire.
à bientôt
http://www.educenvi.over-blog.fr

12. nadeau serge 12/02/2011

bonjour,
Je pense que vous avez raison pour la perma qui permet d'avoir une autonomie optimale,cela fait 7 années que je travaille sur ce procces et je commence à avoir des résultats favorables,l'un des principes que foukroka a développé, c'est ne pas travailler le sol, et je peux vous dire que cela marche,cela demande une autre approche,profondement dans le milieu ,en diversifiant,en tenant compte des asociations et surtout de la fertilité des sols et cette fertilité qui rentre dans le process de compostage,cest à dire plantations d'arbres et d'especes ligneuses pour l'engrais vert.
CDLT.

13. Marie-Hélène BOUTON 12/05/2010

Ecobonjour,

Dans mon commentaire du 24 04 10 relatif à l'extrait de DOUG COPP (article sur le Triangle de vie), je parlais de cette table parasismique qui attendait le feu vert des autorités. On en parle dans le FA du mardi 11 04 10 dans le dossier sur la vulnérabilité des écoles... ou plutôt des occupants.
Ce n'est certainement pas la panacée mais les choses connaissent une évolution certaine.
C'est une table parasismique certifiée NF Education Nationale, testée par l'Institut technologique FCBA et qui résisterait à une poutre en béton armé de 730 kilos. Son coût ? Je n'en sais rien. Elle est prête à être commercialisée.

L'état des finances publiques ne permet pas d'espérer de très nets changements. Mais même dans la lenteur et sous le frein économique les choses avancent : à noter les travaux et constructions entrepris déjà ou plutôt enfin.
La machine est lente à s'ébranler si je puis dire mais on y va.

Félicitations et encouragements à tous ceux qui d'une manière ou d'une autre essaient de changer et faire avancer les choses. MH BOUTON

14. Marie-Hélène BOUTON 23/04/2010

Bonjour,
Attrapons le mal à la source.
Attendons-nous la révolte des poubelles ?
Sssuuusss, à l'emballage !
Amplifions le mouvement !

Prenez le temps de vous asseoir afin que je vous raconte ce que je vis.
Oh!!!!! oui, tous les jours, tout le temps, toute la journée.
Une avalanche de plastique, verre, aliments, papiers et puis d'autres encore et encore.
Ben..., non... conçue comme je suis... Seulement d'ouvrir ou fermer mon couvercle.
Et même ma cousine à trois ventres se plaint : toujours trop, trop vite, tout le temps...
Levée à peine, qu'à nouveau on m'emplit.
Lavée à peine,qu'à nouveau on me salit.
Eh!!! oui c'est là ma vie ! Et ma guerre, je ne sais pas la faire.
Suuuusssss... à l'emballage ! MH BOUTON

Fatiguée d'emballer !
Fatiguée de déballer !
Lasse de remplir, vider, laver,
Lasse de tout le temps ce rythme, raviver.
Ssssuuuussss à l'emballage surnuméraire !
Sssuuuusss aux déchets leurs tristes frères ! MH BOUTON

Bonjour,c'est moi, l'Environnement !
Oui... je n'en peux plus et vous aussi bientôt n'en pourrez plus.
Ne jouez pas trop avec ma santé.
Jetez ce qu'il faut là où il faut.
Oubliez fonds, ravines, par en-bas, par derrière, an razie a, an mangrove la, an lan mè a, an ba bwa a, an la riviè a, an dalo a, deye do ou...
Utilisez-moi pour aujourd'hui et pour demain.
Rappelez-vous que je vous aime ! MH BOUTON

Dare, Dare dans les sols, l'eau, l'air, la mer, les océans...
Et que je me roule par-ci, et que je me gausse par-là !
Crrraaa Crraaa Crados, j'aime ça !
Hop par ci ! Hop par là !
En route pour mes trajets...
Tssst ! Tssst! N'oubliez pas de me répandre partout !
Serpenter jusqu'à la mer ? J'aime ça.
Cordialement - MH BOUTON

15. Marie-Hélène BOUTON 22/04/2010

Bonjour,
A lire l'EXTRAIT DE DOUG COPP' ; article sur le « TRIANGLE de la VIE », proposé par Cery le 27 03 2010, les techniques semblent d'une redoutable évidence.
Responsable quotidiennement de plus d'une vingtaine d'enfants je me suis toujours posée la question de l'efficacité du "duck and cover" sous une table non prévue de toute évidence pour supporter le poids des amas de dalle. En période de regroupements réguliers tout au long de la journée les effectifs sont diffus et passent à près de 380 vies...
Je ne suis pas du tout rassurée.

Lors du séisme de novembre 2007 en Martinique, j'ai expérimenté la couverture dans l'encadrement d'une porte : j'ai observé un balancement sûr de la partie supérieure au-dessus de nos têtes. Une forte désillusion mêlée de panique : voir l'encadrement s'écarter de près de 40° et les angles (mur/plafond) passer de 90 à 45 cm est impressionnant. Pas de cassure pourtant... comment ?
Parlons de la résistance des bureaux d'écoliers : deux chercheurs martiniquais avaient proposé des tables parasismiques testées et validées et n'attendaient que le feu vert des autorités.
Pourquoi ne pas organiser une rencontre de second type avec de telles avancées et d'autres encore ainsi que des personnes d'expérience tel ce personnage de l'article cité.
Une plus grande diffusion et mise en débat de ces techniques seraient enrichissantes.
La plaquette "paraséisme" affichée dans tous les lieux publics est paraît-il désuète.
Cependant comment être seul à modifier son comportement, quand il ne s'agit pas seulement de sa propre vie, avec tous les risques juridiques que cela comporte.
Une remise à plat est absolument nécessaire voire vitale et devrait se nourrir de l'expérience des autres et de la prise en compte de la recherche.
Nos vies réparties en zone extrême n'attendent que cela. MH BOUTON

16. ROSALIE Catherine 30/03/2010

Semaine du développement durable : Seen Environnement lance la collecte des déchets à cheval - De ROSALIE Catherine [Répondre] Le 29/03/2010 16:19
Le cheval pour protéger l’environnement :
Seen Environnement lance la collecte hippomobile
le jeudi 1er avril à 15H à la Pointe du Bout aux Trois-Ilets!

Dans le cadre de la Semaine du Développement Durable, qui se tiendra du 1er au 7avril, SEEN Environnement, filiale du Groupe SEEN spécialiste des déchets et de la propreté, en partenariat avec l’entreprise Martinique Attelage, expérimente pour la première fois à la Martinique, la collecte des déchets à cheval.

En partenariat avec MARTINIQUE ATTELAGE, SEEN Environnement, souhaite proposer aux collectivités une collecte spécifique : le ramassage des déchets avec un attelage à cheval. Il s’agit de la collecte hippomobile dédiée aux déchets.
Pour cela à l’occasion de la Semaine du Développement Durable, l’entreprise va utiliser un attelage, tirée par un cheval de trait, dirigée par un cocher, qui sillonnera les ruelles de la Pointe du Bout et ramassera les déchets verts déposés sur les trottoirs par les équipes de nettoiement. Les agents de collecte en charge du ramassage des déchets sont des agents de SEEN Environnement.
Cette collecte aura lieu le jeudi 1er avril à 15H00, départ, dans le rond-point situé à la Pointe du Bout des Trois Ilets. C’est le cocher qui prépare l’attelage. Les déchets verts collectés seront déchargés dans une benne et emmenés à la déchetterie de Sainte-Luce, puis sur la plate-forme de compostage du Centre de Valorisation Organique (CVO), pour y être broyés et compostés.
L’entreprise a choisi la Ville des Trois Ilets, et plus particulièrement la Pointe du Bout, car il s’agit d’un site particulièrement fréquenté tant par les touristes que par la population locale.
Un cheval à la place d'un camion pour les ordures ménagères peut diminuer les émissions de CO2 de 35 %.
Depuis plusieurs années, par le biais d’une association comme Equiterra, dont le but est de défendre l'usage des chevaux de trait, des projets de ce type se développent en France. Et, depuis un peu plus d'un an, les choses bougent. Des collectivités, choisissent de remettre l'animal au cœur des ¬villes. Utilisé pour tondre, tirer les minibus scolaires ou des bennes à ordures, le cheval a repris du ¬service.

Une trentaine de villes en France emploient un ou plusieurs chevaux pour des tâches allant de la collecte de déchets verts, le tri sélectif, à l'arrosage des plantes, en passant par le débardage des zones périurbaines ou la sécurité publique avec les brigades équestres.
Réintroduire le cheval en ville pour réaliser certaines tâches municipales de façon économique et écologique ou encore favoriser l'intégration sociale et/ou communiquer de manière pédagogique sur le développement durable c'est ce qu'ont toujours défendu les participants de cette association.
Le cheval est plus économique, avant d'être plus écologique, plus motivant et plus valorisant pour les agents et pour l'image de la ville, que tout autre moyen de transport. Le cheval permet de ramasser des déchets comme le verre, mais aussi du carton, les piles... Avec à terme des créations d’emplois à la clé… Sans parler de l’impact touristique.
Enfants et parents conquis. Les chevaux ont aussi un rôle pédagogique avec les enfants des écoles sur les thèmes du développement durable et du respect du travail des agents dans des quartiers difficiles...

17. Cery 27/02/2010

Etonnant article sur une technique de survie en cas de tremblement de terre : à l'opposé des consignes qu'on nous a régulièrement enseignées.
A lire jusqu'au bout et à faire lire au besoin par des spécialistes.


Technique du triangle de vie Oubliez tout ce que vous avez appris à faire pendant un tremblement de terre ! ! !
C’est vraiment une révélation. Complètement contraire à ce qui vous a été enseigné au cours des années ! À l'école, on nous apprenait de
faire le «canard et à se couvrir » (duck and cover) ou de se tenir dans l’encadrement d’une porte pendant un tremblement de terre. Les découvertes de Goug Copp sont absolument étonnantes. J'espère que nous nous rappellerons tous de sa méthode de survie si jamais nous vivons un tremblement de terre !

EXTRAIT DE DOUG COPP' ; article sur le « TRIANGLE de la VIE »

Mon nom est Doug Copp. Je suis le chef des secouristes et le directeur de l’équipe de secours de l’American Rescue Team International (ARTI), l’équipe de secours la plus expérimentée au monde.
L'information dans cet article sauvera des vies lors d’un tremblement de terre.
J'ai rampé à l’intérieur de 875 bâtiments effondrés, travaillé avec des équipes de secours de 60 pays, fondé des équipes de secours dans plusieurs pays, et je suis membre de plusieurs équipes de secours de plusieurs pays.
J'ai été l’expert des Nations Unies en matière de réduction de désastre pendant deux années. J'ai travaillé à
chaque grand désastre dans le monde depuis 1985, excepté des désastres simultanés.
Le premier bâtiment dans lequel j'ai jamais rampé était une école à Mexico pendant le tremblement de terre de 1985. Chaque enfant était sous son bureau. Chaque enfant a été écrasé jusqu’à l'épaisseur de leurs os. Ils auraient pu survivre en se couchant à côté de leurs bureaux dans les allés. C’était affreux et inutile, et je me suis demandé pourquoi les enfants n'étaient pas dans les allése.
À ce moment-là, je ne savais pas qu’on avait dit aux enfants de se cacher sous quelque chose.
Quand les bâtiments s'effondrent, le poids des plafonds tombant sur les objets ou les meubles écrase ces objets, laissant un espace ou un vide à côté d’eux. Cet espace est ce que j'appelle le « triangle de la vie ». Plus l'objet est grand, plus il est fort, et moins il deviendra compact. Moins l'objet devient compact, plus l’espace vide est grand,
plus il y a de probabilité que la personne qui emploie cet espace vide ne soit pas blessée. La prochaine fois que vous observerez les bâtiments s’effondrer à la télévision, comptez les « triangles » qui se sont formés. Ils sont partout. C'est la forme la plus commune dans une construction qui s’est effondrée.

Conseils de sécurité lors d’un tremblement de terre

1) La plupart des gens qui se placent en position de « canard et couverture » (duck and cover) quand les bâtiments s’effondrent se font écrasés mortellement. Les gens qui se placent sous des objets, comme des bureaux ou des voitures sont également écrasés.

2) Les chats, les chiens et les bébés se courbent souvent naturellement en position fœtale. Vous devriez le faire aussi lors d’un tremblement de terre. C'est un instinct normal de survie. Vous pouvez survivre dans un petit espace vide. Placez-vous à côté d'un objet, à côté d'un sofa, à côté d'un grand objet qui se comprimera légèrement mais laissera un espace vide à côté de lui.

3) Les bâtiments en bois sont le type de construction le plus sûr à y être à l’intérieur pendant un tremblement de terre. Le bois est flexible et se déplace avec la force du tremblement de terre. Si le bâtiment en bois s'effondre, de grands espaces vides de survie sont créés. De plus, le bâtiment en bois est moins concentré en poids écrasant. Les bâtiments de briques se briseront en différentes briques..
Les briques causeront beaucoup de blessures, mais les corps seront moins écrasés qu’avec les dalles de béton.

4) Si vous êtes au lit pendant la nuit et qu’un tremblement de terre se produit, laissez-vous tomber simplement du lit. Un vide sécuritaire se produira autour du lit. Les hôtels pourraient réaliser un plus grand taux de survie lors des tremblements de terre, simplement en indiquant au dos de la porte de chaque pièce de se coucher sur le plancher,
à côté du lit.

5) Si un tremblement de terre se produit et que vous ne pouvez pas vous échapper facilement en sortant par la porte ou la fenêtre, alors couchez-vous en position fœtale à côté d'un sofa ou d’une chaise longue.

6) La plupart des gens sont tués lorsqu’ils se placent dans l’encadrement d’une porte quand les bâtiments s'effondrent. Comment ? Si vous vous tenez sous l’embrasure de la porte et que le montant de la porte tombe vers l’avant ou vers l'arrière, vous serez écrasés par le plafond. Si le montant de la porte tombe sur le côté, vous serez coupés en deux par l’encadrement de la porte. Dans l'un ou l'autre des cas, vous serez tué !

7) N'allez jamais dans les escaliers. Les escaliers ont un différent « moment de fréquence ». (Ils se balancent séparément de la partie principale du bâtiment.) Les escaliers et le reste du bâtiment se frappent sans interruption jusqu'à ce que la défaillance de structure des escaliers ait lieu. Les personnes qui prennent les escaliers avant qu'elles s’écroulent sont coupées par les marches de l’escalier -
terriblement mutilées. Même si le bâtiment ne s’effondre pas, tenez-vous éloignés des escaliers. Les escaliers sont une partie du bâtiment qui seront vraisemblablement endommagés. Même si les escaliers ne sont pas effondrées durant le tremblement de terre, ils peuvent s'effondrer plus tard une fois surchargés par les personnes en fuite. Les escaliers devraient toujours être examinés pour assurer la sécurité, même lorsque le reste du bâtiment n'est pas endommagé.

8) Approchez-vous des murs externes des bâtiments ou à l'extérieur d’eux si possible. Il est bien mieux d’être près de l'extérieur du bâtiment plutôt qu’à l'intérieur. Plus vous êtes éloignés de l’intérieur d’un bâtiment, plus il y a de probabilité que votre sortie de secours sera bloquée.

9) Les gens à l'intérieur de leurs véhicules sont écrasés quand les routes au-dessus tombent lors d’un tremblement
de terre et écrasent leurs véhicules ; c’est ce qui s'est produit avec les dalles de ciment qui sont tombées entre les ponts de l'autoroute de Nimitz. Les victimes du tremblement de terre de San Francisco sont toutes restées à
l'intérieur de leurs véhicules et elles ont toutes été tuées.
Les gens auraient pu facilement survivre en sortant et en s’assoyant ou s’étendant à côté de leurs véhicules. Toutes les voitures écrasées avaient des espaces vides de 3 pieds de hauteur à côté d’elles, excepté les voitures sur lesquelles des colonnes étaient tombées.

10) J'ai découvert, tout en rampant à l'intérieur des bureaux de journaux et d’autres bureaux effondrés dans
lesquels il y a beaucoup de papier ou de journaux empilés, que le papier ne se compacte pas. De grands espaces vides entourent les piles de papier.

Passez le mot et sauvez la vie de quelqu’un. Le monde entier éprouve des catastrophes naturelles. Ainsi, soyez préparés ! " ;

En 1996 nous avons fait un film qui a démontré que ma méthodologie de survie était correcte. Le gouvernement fédéral turc, la ville d'Istanbul, l'université des productions de cas d'Istanbul et l'ARTI ont coopéré à filmer cet essai pratique et scientifique. Nous avons fait s’effondrer une école et une maison avec 20 mannequins à l'intérieur. Dix mannequins ont fait le « canard et couverture » (duck and cover) et dix mannequins qui ont été soumis à ma
méthode de survie le « triangle de vie ». Après l'effondrement simulé d’un tremblement de terre, nous avons rampé dans les décombres et sommes entrés dans le bâtiment pour filmer et documenter les résultats. Le film, dans lequel
j'ai pratiqué mes techniques de survie sous observations scientifiques, a démontré qu’il y aurait eu zéro pour cent
de survivants pour ceux faisant le « canard et la couverture ».
Il y aurait probablement eu 100 pour cent de survivants chez les personnes utilisant ma méthode du « triangle de vie ». Ce film a été vu par des millions de personnes à la télévision en Turquie et dans le reste de l'Europe, et
également aux États-unis, au Canada et en Amérique latine.

18. Tigron 15/02/2010

Port de Paix et Cap Haïtien pourquoi le silence sur cette partie?????????
La région d'Haïti a déjà connu des séismes majeurs, capables d'engendrer des dégâts significatifs : destruction de Port au Prince en 1751 et 1770, destruction de Cap Haïtien en 1842 (Intensité IX-X) accompagné de raz de marée, séismes de 1887 et 1904 dans le nord du pays avec dégâts majeurs à Port de Paix et Cap Haïtien, séisme de 1946 (magnitude 7.6) dans le nord-est de la République Dominicaine accompagné d'un tsunami dans la région de Nagua. Tigron

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 31/01/2013

 

Chaque individu apporte au monde sa contribution unique (Jack Kornfield)

Creaktion Graph.IK